Il y a de cela quelques semaines, le général Sékouba Konaté affirmait que, pendant la transition, des responsables politiques ont tenté de le corrompre pour remporter la présidentielle de 2010, alors qu’il était le président par intérim. Parmi ces leaders cités par le Gal Konaté figure Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG.

Ce mardi 7 août, au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue à la Maison de la presse, Cellou Dalein, a été interpelé sur la question par un journaliste. « Je ne sais pas de quelle corruption il parle ; parce que, jamais, jamais je ne lui ai rien proposé », réagit Cellou Dalein Diallo.

« Je n’ai jamais envoyé quelqu’un pour voir le général Sékouba Konaté, parce que j’avais même mon excès de confiance. Moi j’ai 44%, Alpha a un score minable de 18%. Je n’avais aucun doute que j’allais perdre, je n’avais pas besoin de corrompre le général Sékouba. Pour moi, avec le soutien de Sidya et Abé Sylla, en 2010, il n’y avait aucun moyen, sauf cette fraude massive qui a été organisée… Permettez-moi de ne pas citer tous ceux qui ont fait pression sur la CENI, pour qu’on me refuse cette victoire annoncée et qu’on la donne à Alpha Condé », renchérit le candidat malheureux des présidentielles de 2010 et 2015.

Pour lui, s’il fallait corrompre, ce sont les commissaires de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). « Le rapport qui a été  déposé à la Cour suprême après la publication des résultats, qui n’avait pas voulu statuer, parce qu’il y avait la pression sur tout le monde ; je n’avais pas besoin de corrompre quelqu’un. Les gens de la CENI, peut-être ; c’est là qu’il fallait corrompre. Mais j’étais tellement sûr de ma victoire que je n’avais pas besoin de ça », conclut Cellou Dalein.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

 

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here