En dépit des menaces et mises en garde faites par le SLECG dirigé par Aboubacar Soumah, le camp de Souleymane Sy Savané a organisé son congrès électif les 16 et 17 mai derniers, dans la grande salle de l’ENAM.

Au sortir de ce congrès 21 membres ont été élus pour constituer le bureau exécutif, avec pour premier responsable, dame Kadiatou Bah élue comme Secrétaire Générale en remplacement du camarada Souleymane Sy Savané.

Oumar Tounkara, Secrétaire général adjoint du SLECG, version Soumah, a réagi face à la mise en place de ce nouveau bureau exécutif, qu’il dit ne pas être reconnu par les enseignants.

« il n’y a pas deux versions de SLECG, il n’y a qu’un seul SLECG, c’est le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée. L’autre SLECG-là n’est pas reconnu et ne représente même pas les enseignants… c’est les enseignants qui nous départagent et nous comptons sur ces enseignants qui nous ont élus », nous a-t-il confié à sa sortie de la salle de négociations avec le gouvernement.

Le compagnon du camarade Aboubacar Soumah estime par ailleurs que la fonction syndicale ne s’acquiert pas par voix nominative, elle s’s’acquiert pas voix élective.

« Si jamais le gouvernement cautionne ce pseudo syndicat là, si le gouvernement accède à ce syndicat-là, le lundi infailliblement irrémédiablement, il y aura une grève générale et illimitée jusqu’à ce que la loi soit dite », menace-t-il.

Cependant chez nos confrères d’Africaguinee, Aboubacar Soumah qui avait le premier, menacé de déclencher une grève, revient sur cette décision : « Nous avons suspendu le mot d’ordre parce que nous poursuivons les négociations avec le Gouvernement qui ne sont pas interrompues. Nous avons estimé qu’on ne peut pas déclencher une grève pendant que nous sommes en négociation. »

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here