Aboubacar Soumah (au premier plan)

Membre du bureau exécutif du SLECG version Sy Savané, Elhaj Tanou Baldé a, en prélude au congrès qu’ils tiennent ce mercredi 16 mai, à l’Enam de Conakry, a répondu ce matin aux questions de nos confrères des Grandes gueules de la Radio Espace Fm. Il a tiré à boulets rouges sur Aboubacar Soumah de l’autre SLECG qui veut déclencher une grève. En réponse à la menace du ´´dissident’´ Soumah, il a assené des coups.

« C’est ceux qui l’écoutent qui donnent une crédibilité à ces menaces. Logiquement Aboubacar Soumah devrait avoir honte de parler au nom des enseignants, quelqu’un qui n’a jamais enseigné, on devrait d’ailleurs le poursuivre pour rembourser 17 ans de salaire. Je le maintiens en âme en conscience, depuis 2011 Aboubacar Soumah n’est pas rentré dans une classe. Depuis 2001, il n’est rentré dans une classe, je le mets en demeure, qu’il vienne en face de moi », dit-il.

Par rapport au congrès, il tranche dans le vif. « Il n’y a pas deux SLECG, on n’organise pas un deuxième congrès, on organise un congrès du SLECG. Créé en 1991, dont le premier congrès s’est tenu en avril 1992, c’est ce congrès que nous organisons. Si vous dites qu’Aboubacar Soumah a organisé un congrès, j’aurais bien voulu que vous acceptiez de me dire le lieu dans Conakry, le bâtiment précisément, pas la salle où il a tenu son congrès. Et Aboubacar c’est un dissident. Vous savez que chaque homme a sa manière de montrer sa façon de faire les choses. On a dépassé la dictature, même les coups d’Etats au niveau des nations sont révolus à plus forte raison dans une organisation de masse », conclut-il.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here