L’ONG « Génération Consciente Conakry  » a procédé, ce vendredi 3 août, au lancement officiel de ses activités. À cette occasion, les membres de cette structure naissance ont organisé une conférence de presse autour de la question de l’immigration clandestine, phénomène contre lequel d’ailleurs ladite ONG s’est engagée à lutter.

Présent à cette conférence, le directeur général de « Guinée Télécom », ex-Sotelgui, Saïd Koulibaly, a pointé un doigt accusateur sur les autorités étatiques qui, selon lui, ne sont pas assez impliquées au niveau des jeunes et dans la communauté.

« Le problème chez nous, il faut le reconnaitre, nous qui avons une parcelle de responsabilité dans l’administration publique, nous avons un grand rôle à jouer. Nous avons un sérieux problème, parce que nous ne sommes pas assez impliqués au niveau des jeunes et dans la communauté. Je regrette aujourd’hui que nous soyons tous jeunes dans cette administration publique et que nous n’intervenions pas réellement sur notre rôle sociétal », a déploré Saïd Koulibaly, à l’entame de ses propos.

Selon lui, « les jeunes ne vont pas de l’autre côté, certainement parce qu’ils disent qu’il y a une meilleure vie, c’est plutôt un manque d’espoir et l’espoir, c’est ce qui fait vivre. Il n’est pas exclu que quand vous allez en France par exemple, il y a des mendiants, des gens qui n’ont pas de maison, il y a des SDF partout ; aux États-Unis qui sont le meilleur pays au monde, il y a des gens qui ont beaucoup plus faim que ceux qui sont en Guinée, mais ils ont de l’espoir que le lendemain sera meilleur. Mais par contre ici (la Guinée Ndlr), c’est le seul pays où même quelqu’un qui est riche n’a pas vraiment l’espoir que sa richesse pourra être dynamisée pour longtemps. Donc, ce manque d’espoir est ancré dans notre vie ».

Sur ce, poursuit-il, « nous avons une administration, dont je fais partie, qui ne joue pas énormément son rôle en ce qui concerne la gestion efficace des deniers publics. Parce que si ces ressources sont correctement gérées et que nous avons conscience que nous devons faire face aux problèmes liés à nos populations, je pense qu’il y aura moins des jeunes, pas seulement qu’en Guinée, qui prendront le risque de la Méditerranée et d’en faire un cimetière, comme on le voit aujourd’hui ».

Pour terminer, le DG de « Guinée Télécom » déclare : « Je pense que la problématique qui se pose aujourd’hui est que parfois, nous essayons de passer à côté du problème. Ça peut faire mal, mais il faut qu’on revienne à l’essentiel, il faut que nous responsables, à n’importe quel niveau de responsabilité de l’État, nous puissions prendre nos responsabilités pour assurer une meilleure formation à la jeunesse, afin de donner de l’espoir à cette jeunesse, pour leur dire qu’on peut aussi bâtir chez nous ».

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com       

 

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire