Les clubs guinéens des ligues (1et2) n’auraient reçu que 40% de la subvention promise par l’homme d’affaires et président de la Ligue professionnelle de football, Kerfalla P. Camara (KPC). A cinq jours de la fin du championnat, la L1 n’a reçu que 96 millions/240 millions et la L2, 72 millions sur 180 millions. Et c’est par cette dernière que le scandale risque d’arriver. Car faute de paiement du reste de la subvention, les clubs de la L2 se disent incapables de poursuivre le championnat. Ils ont écrit à la Ligue professionnelle de football et ont demandé secours à la fédération guinéenne de football.

Tout ce que j’ai promis, j’ai réalisé

La promesse sera-t-elle tenue ? Nous avons posé cette question à l’homme d’affaires qui répond : « Tout ce que j’ai promis, j’ai réalisé. La promesse d’augmentation de la subvention (il a doublé la subvention à son arrivée à la tête de la League, NDLR) a été faite et elle a commencé à être exécutée conformément à mes moyens en tant que personne physique. La session 2016-2017, c’est Antonio Souaré et moi qui avons pris en charge la subvention du championnat à hauteur de 80 à 90%, l’Etat doit nous rembourser.  Cette année également à 100% tout ce qui a été supporté, c’est moi. Donc ce n’est pas un non-respect des engagements mais c’est des contraintes budgétaires et/ ou de trésorerie qui ont fait que les subventions n’ont pas été payées. Mais dès lors que les subventions ont été fixées par la league guinéenne de football professionnel, transmises au ministère des Sports et que les équipes se sont engagées sur cette base, donc les subventions restent maintenues et seront payées. Ça devient une dette entre les clubs de première et deuxième divisions et la League guinéenne de football professionnel. »

la non-exécution d’un engagement à temps ne signifie pas manque de respect de cet engagement

KPC, la main sur le palpitant, insiste. « Moi je suis quelqu’un qui respecte tous ses engagements par la volonté de Dieu. Ça peut retarder, la non-exécution d’un engagement à temps ne signifie pas manque de respect de cet engagement parce que l’homme propose et Dieu dispose. Le temps appartient à Dieu. Tout le monde est convaincu en Guinée que le budget de 2018 n’a pas été exécuté depuis janvier.  Depuis janvier personne ne peut dire que son budget a été exécuté. C’est maintenant qu’ils veulent commencer à le faire. Donc la subvention n’est pas payée par l’Etat. Et moi je n’ai pas autre ressource actuellement me permettant de faire face en attendant que l’Etat paye pour me rembourser », argue-t-il.

Il profite pour rappeler qu’il « y a des choses que moi je prends en charge sur moi tel que le siège de la League que j’ai fait et beaucoup d’autres choses pour les arbitres. Il y a d’autres que je fais en attendant que l’Etat paye ».

Aziz Sylla pour guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here