Les femmes de l’UFDG, principal parti de l’opposition, vêtues de blanc, sont regroupées ce matin au carrefour Concasseur pour une marche devant les mener à Bambéto. ‘‘Elles bloquent les deux voies et intiment aux véhicules et autres taxis-motos de rebrousser chemin’’, a constaté un de nos correspondants sur place. Cependant, selon nos informations, une seule voie était autorisée pour cette marche dite blanche.

Lors de la dernière assemblée générale du parti, Mariama Tata, députée de l’UFDG avait rassuré : « nous ne sortons pas pour jeter des cailloux, pour insulter, pour tuer, on ne sait même pas faire ça. Nous n’avons même pas la force de jeter des cailloux, nous ne sommes pas armées mais sortons dire à Alpha Condé si quelqu’un doit quitter ce pays et partir, c’est lui Alpha, nous nous connaissons nulle part à part ce pays, qu’Allah nous préserve d’une tragédie. Où nous allons partir, où nous allons envoyer nos enfants, on va les avaler ? Alors levons -nous, pour dire à Alpha Condé, nous sommes fatiguées. »

Focus de guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

5 Commentaires

  1. Il est beau d’accuser le régime, il sera aussi bon femmes de l’UFDG d’interpeller vos irresponsables de l’opposition de réclamer dans la dignité et dans le respect des lois et valeurs du pays. La Guinée n’est pas une propriété de de cette opposition destructrice des valeurs démocratiques; une opposition qui pense tout gagné dans l’illégalité. Et si les femmes de l’autre camp venaient à manifester, vous comprendrez aisément que le monopole du désordre n’est un propre de l’opposition. Face à la violence seule la violence est appropriée.

  2. diallo , c est vrais que la marche est un droit constitutionnel , mais la violence n est pas un droit constitutionnelle. barricader les routes , violenter les passants , et bruler les pneus sont contraires au droit

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here