En tournée de sensibilisation pour la paix, la justice et la cohésion nationale, à l’intérieur du pays, le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Gassama Khalifa Diaby, a été interpellé par les journalistes suite aux propos relayés par la presse du ministre Bantama Sow. Celui-ci aurait dit aux militants du RPG à Marelah (Faranah), qui se disent victimes des adversaires politiques ceci : « Levez-vous et dites au gouvernement que s’ils ne sont pas arrêtés, vous vous vengerez ! »

Et le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté qui a promis de ‘‘civiliser’’ les propos tenus dans l’espace public de répondre, d’un ton ferme : « Bantama doit répondre et répondra de ces propos devant la justice et sera inscrit dans le fichier mis en place pour les personnes incitant à la violence, à la haine interethnique. Ces propos sont graves, encore plus graves de la part d’un représentant de l’Etat. Ces propos sont injustifiables et inacceptables, quand on sait à quel point la violence dans notre pays crée tant de victimes, de tristesses et de douleurs dans les familles et dans le pays. Avec leur cortège de frustrations et de sentiments d’injustices. »

Il a par ailleurs, déclaré que « Non seulement la Justice sera immédiatement saisie par le pool d’avocats, mais aussi l’inscription sur le fichier de signalement destiné à l’information auprès de la CPI, pour ses besoins ultérieurs si nécessaires, est automatique et inévitable. Et ce sera fait » !

De toute les manières : « Nous ne laisserons plus rien passer de ce genre de propos et d’attitudes, quel que soit l’auteur ou les auteurs. Personne n’est au-dessus des lois, personne, qu’on soit membre du gouvernement ou pas, responsable public ou politique, simple citoyen ou agent de sécurité. »

Il a invité l’ensemble des concitoyens de quelque bord qu’il soit, à ne jamais soutenir, ni justifier, ni défendre ce genre de propos ni leurs auteurs. ‘‘A l’ensemble de nos compatriotes, qu’ils soient en Guinée ou vivant à l’étranger de s’abstenir de tenir des propos haineux, violents et discriminants, pour sauver la Guinée’’, conseille-t-il.

Bhoye Barry, Dabola pour guinee7.com
(00224) 628 705 199

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

1 COMMENTAIRE

  1. Avant de traduire Bantama Sow à la justice et ceux qui ont commis des crimes auquels Mr Sow a réagi? Et le gouvernement qui laissent les militants mal éduqués terroriser les paisibles populations guinennes partout dans le pays?

Laisser un commentaire