Alpha Condé qui n’est pas un adepte de grands chamboulements, ne voulait pas se débarrasser de son premier ministre Youla. Estimant que celui-ci engrange de bons résultats économiques, mais aussi parce que le gouvernement Youla a subi de nombreuses petites chirurgies (esthétiques ?) qui lui ont changé le visage de départ. Mine de rien, on ne le dit pas assez, une bonne dizaine de ministres a été changée dans ce gouvernement !

Alors question : qu’est-ce qui a fait changer d’avis le président Condé ? D’abord la forte pression de l’opinion suite à la grève des enseignants menée par Aboubacar Soumah ; mais aussi la pression des chercheurs d’emplois ministériels. Cette dernière pression a largement participé à la formation de la première !

De toutes ces pressions, celle qui semblait convaincre le président était celle qui consistait à sacrifier à une tradition républicaine qui voudrait qu’un gouvernement change après une grande élection.

Et Alpha Condé allait en profiter pour faire un gouvernement ouvert à des sensibilités moins radicales de l’opposition. Et surtout donner plus de poids à l’UFR qui venait de démontrer qu’elle est la troisième force politique et que le chef de l’Etat a intérêt à composer avec elle pour vaincre l’UFDG de Cellou Dalein Diallo.

Le principe de changer, en partie, les membres du gouvernement acquis, ce qui ressemble à une quadrature du cercle, est de trouver un premier ministre. Kassory Fofana, l’éternel nominé, est en pole position. Contrairement aux autres fois, cette fois-ci, il y tient aux prunelles de ses yeux. Mais Kassory a son ‘‘meilleur’’ ennemi qui pèse lourd politiquement. C’est Sidya Touré. Celui-ci pourrait faire changer d’avis le président Condé…Alors Kassory se précipite et fait comme s’il était déjà premier ministre ! Dans la presse il dit qu’il est prêt et donne un avant-goût de son ‘‘programme’’ à la Primature. L’opinion est séduite. Le président, mis devant le fait accompli.

Mais il y a un hic. Comment faire accepter la chose par Sidya Touré, l’allié politique qui pourrait jouer un grand rôle aux prochaines législatives ? Le président est coincé et cherche un juste milieu…C’est ce qui serait la principale raison du statu quo.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here