Gratuité de la césarienne : « C’est gratuit, c’est gratuit et c’est chèrement payé par le budget national », persiste et signe le ministre Edouard Niankoye Lamah

0

Lors d’une conférence de presse animée dans un complexe hôtelier de la place, la ministre d’Etat, ministre en charge de la Santé, Dr Edouard Niankoye Lamah, a certifié, ce lundi 13 mai, la gratuité de la « césarienne » dans les centres de santé du pays.

Le ministre Lamah a informé que : « Si vous allez dans une structure et que quelqu’un vous dit de payer une somme, je ne dirai pas la somme ; faites-nous la gentillesse, saisissez le département de la Santé, nous allons réagir. Parce que c’est gratuit, c’est gratuit, c’est gratuit, et c’est chèrement payé par le budget national. C’est un engagement politique ; donc signalez. Mais malheureusement, il faut le dire, nous sommes tous complices des fauteurs. On va dire d’accord, parce qu’on va dire qu’il est méchant, on va dire qu’il est ceci ou qu’il est cela. Et lorsqu’on prend des mesures pour sanctionner, en général, vous vous levez pour dire pour la paix sociale, et on laisse tomber, et par après on se plaint ».

Il a aussi martelé que : « Si nous avez le courage, si nous sommes patriotes, signalons des choses et laissez l’autorité punir ».

Par ailleurs, il a précisé que : « Je disais que ça a été une décision politique prise par Son Excellence le Président Alpha Condé, et effectivement elle est gratuite et l’Etat dépense énormément de sous pour faire venir les kits. Mais il arrive qu’il y ait des agents mal intentionnés. Mais ce qui reste la vérité aussi, c’est qu’en ce moment, on n’avait pas mis dans les kits ce qu’il fallait pour répondre aux besoins pour la suite. Donc, c’était juste des kits de césarienne et non la prise en charge de la suite.  Alors, ce qui fait que très souvent, on manque des médicaments, or il y a des césariennes dès fois compliquées. Donc, tout cela, nous avons corrigé. Maintenant les kits de césarienne doivent comporter tous les éléments. C’est-à-dire la prise en charge, la suite et surtout lorsqu’un enfant nait avec des problèmes de santé. Ce qui n’était pas prévu (sic) ».

 

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here