Des rails au secteur Château rail, du quartier Koloma 2

Il y a de cela quelques temps que le train ‘‘Conakry Express’’ qui fait la navette entre la commune de Kaloum et la haute banlieue de Conakry (36 km environ) se trouve arrêté. Joint au téléphone ce mardi 24 avril, M. Naby Badras Yora, directeur général de la société nationale des chemins de fer de Guinée, nous a donné les raisons de cet arrêt.

Au prime abord, M. Yora a rappelé ‘‘des attaques successives du train, tantôt pour le problème de courant, tantôt pou les marches politiques. Donc effectivement dès qu’on a lancé les campagnes électorales communales, la même chose a recommencé. Quand c’est comme cela, vous n’avez pas de passagers, tant que la zone n’est pas tranquille, Sonfonia, Cosa, Kagbélén, Dar-es-salam jusqu’au rond-point de hamadallaye, tant que ce n’est pas tranquille, les gens sortent en petit nombre. Donc si vous n’avez que 200 ou 300, vous avez marché pour rien, vous n’avez pas de passagers, vous brulez le carburant et vous avez de fortes chances que les loubards cassent le train.  C’est pourquoi quand la campagne a été lancée et que les problèmes ont commencé, on a préféré garer d’abord et avec l’espoir que dès après le jour de l’élection, tout allait rentrer dans l’ordre. Très malheureusement, la période post-électorale a été encore plus mouvementée que la période de campagne, donc on était obligé de prolonger l’arrêt jusqu’au moment où le chef de l’Etat a rencontré les différents partis politiques’’.

Ensuite pour le gros du problème, il a expliqué que ‘‘ce n’est qu’après ces rencontres, qu’il y a eu l’accalmie. Et nous nous avons écrit immédiatement à la CBK pour leur dire que nous voulons reprendre la navette ferroviaire, parce que c’est CBK le concessionnaire de la voie en question, c’est elle qui gère, qui régule aussi la circulation de la voie, c’est elle qui gère les infrastructures. Donc c’est toujours eux qui nous accordent des sillons, c’est par ces sillons là que nous, nous circulons. Notamment les matins à partir de 06h 30 et les soirs à partir de 16h 30. Maintenant quand on a écrit à la CBK, nous avons la réponse ici, CBK nous a dit attention ! Contrairement à nous, vous transportez des personnes et en grand nombre, donc nous ne pouvons pas vous laisser, vu que l’état de la voie est complètement saturé par les ordures ménagères et les gens ont continué à stocker. Quand on a reçu cette lettre, on s’est tourné vers les autorités, heureusement encore pour nous, le chef de l’Etat a encore intervenu, pour donner des instructions à l’agence nationale de salubrité publique (ANASP), pour dire qu’il faut enlever ces ordures dans la zone. Donc cette société est venue se mettre en rapport avec nous, on a sillonné tout le long de la voie, ils ont procédé puisque c’est leur métier, à l’évaluation des stocks qui sont là pour sortir çà en mètre cube et en tonnage avant de faire maintenant leur devis, ce devis a été introduit au niveau du ministère des finances et ça fait son circuit. Ils (ANASP, ndlr), attendent incessamment leur paiement pour procéder à l’enlèvement de ces ordures. Ils vont d’un moment à l’autre payer et ils vont engager des travaux parce que ce sont des gens qui travaillent jours et nuits. Dès que la voie est dégagée et assainie, on écrit encore à CBK et on a fait tout ça là en rapport avec eux, c’est sûr que dès que la voie assainie, ils répondront positivement à notre lettre pour dire que ‘vous pouvez commencer à circuler’ ’’.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire