Les membres de l’ONG  » Les Mêmes Droits pour Tous » étaient face aux hommes de médias, à la Maison de la presse de Guinée, mercredi dernier, pour donner plus de détails autour de la plainte que ladite association a portée contre la compagnie minière Vale-BSG Ressources, pour son implication dans les évènements tragiques de Zogota (Nzérékoré), en août 2012, qui a couté la vie à 6 personnes, fait plusieurs blessés et des dégâts matériels considérables.

En effet, la plainte contre Vale-BSG Ressources a été déposée par les MPT, le mardi 11 septembre 2018, auprès du procureur de la République près le Tribunal de première instance de Nzérékoré, au nom des victimes des évènements de Zogota. Cette plainte vise la compagnie minière brésilienne pour sa responsabilité présumée dans les assassinats, arrestations et détentions arbitraires, tortures, destructions de biens privés etc. contre les habitants de Zogota.

Selon Me Frédéric Loua, les informations collectées par son ONG indiquent que Vale-BSG a étroitement collaboré avec les forces de sécurité guinéennes dans le massacre. « Les preuves démontrent que l’attaque contre les habitants de Zogota a commencé immédiatement après la réunion entre la hiérarchie de la compagnie, les représentants du gouvernement et les commandants des forces de sécurité ; selon plusieurs témoignages concordants, l’entreprise aurait ravitaillé en combustible des véhicules des forces de sécurité dans les heures avant l’attaque ; la compagnie a continué à collaborer avec les forces de sécurité même après le massacre. Quelques heures après l’attaque, des témoins du village voisin, Mahouon, ont dit avoir vu des agents des forces de sécurité dans des véhicules appartenant à la compagnie allant vers Zogota », a-t-il fait savoir.

Parlant du retard accusé pour engager une plainte contre la compagnie minière Vale- BSGR, le président des MTD a expliqué : « On ne pouvait pas aussi engager la responsabilité pénale de Vale sans avoir assez d’éléments sous la main, et on pensait que la justice allait pouvoir fonctionner et que chemin faisant, on allait demander cette responsabilité pénale de Vale. Mais cela à tardé et finalement nous avons pu réunir beaucoup de témoignage et beaucoup d’éléments sous les mains ; donc on a décidé d’engager maintenant une plainte additive contre Vale à la plainte initiale, pour que ça soit une seule et même procédure ».

Pour ce défenseur des victimes de Zogota, aucune investigation n’a été menée par les autorités guinéennes pour faire la lumière sur ces tragiques évènements. Et, toujours selon lui, les forces de sécurité et la compagnie ont des versions contradictoires des évènements. Il souligne également que « les MDT avait déjà déposé une plainte au pénal contre cinq responsables des forces de sécurité, en 2012 ; mais aucune suite n’a été donnée à cette plainte. Les personnes citées dans la plainte ont refusé de comparaitre devant le juge en charge du dossier. Et la responsabilité de la compagnie n’a jamais fait l’objet d’enquête ».

Pour terminer, Me Frédéric Loua a rappelé que le massacre de Zogota a été provoqué par une attaque des éléments des forces de sécurité et de défense sur le village, dans la nuit du 3 au 4 août 2012, aux environs de minuit. « Cette attaque était une répression contre les manifestations de plusieurs communautés locales qui se révoltaient contre les pratiques abusives de la compagnie minière Vale-BSGR, qui portait atteinte à leurs droits les plus fondamentaux », a-t-il rappelé.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire