Dès 8h ce mardi 2 Octobre, le peuple de Guinée dans son ensemble et celui de Conakry en particulier, a entamé les cérémonies de célébration du soixantième anniversaire de son indépendance, à laquelle il a accédé le 2 octobre 1958. Célébrée au stade du 28 septembre pour la ville spéciale de Conakry, cette fête a été l’occasion pour le peuple de rendre hommage à la nation, mais aussi aux panafricanistes qui ont lutté pour l’indépendance.

Au vieux stade du 28 septembre, la présence de plusieurs chefs d’Etat et des représentants de mouvements africains de libération est à noter.
Tous vêtus de blanc ou arborant des habits aux couleurs du tricolore national le (rouge- jaune-vert), le peuple de Guinée, comme un seul homme, n’a pas oublié de chanter à l’unisson l’hymne national de la république à chaque fois que l’occasion s’est présentée.

Les artistes comme les amazones de Guinée, Lama Sidibé, le Bembeya Jazz, Sekouba Kandia et autres n’ont pas manqué à l’appel, et ont enrichi de par leurs prestations scéniques, cette journée mémorable.

Comme on le dit, chose promise, chose due. Le défilé civilo-militaire tant attendu a sublimé plus d’un. Du moins, dans sa partie militaire, les civils ayant brillé par un désordre indescriptible. Côté militaire, les applaudissements et les cris d’admiration dans le stade plein à craquer traduisent l’admiration en faveur des différentes unités, dont les forces spéciales de l’armée, la gendarmerie, la police, l’armée de terre, de mer et de l’air.

A la sortie des festivités, Saidouba Bangoura que nous avons interrogé, nous confie avec un visage souriant ces impressions : « Houraaaaah » dit-il avant d’ajouter que : « la fête a été belle, nous nous sommes beaucoup amusés. » par ailleurs il fait état d’anomalies : « la fête a été belle, mais pourtant il y a eu des problèmes, comme les filles qui tombaient à tout moment. Moi je pense que c’est parce que le stade était trop petit. Il fallait faire cela ailleurs et sans doute la fête aura été plus belle. » confie-t-il.

Venue assister pour sa toute première fois à une fête d’indépendance, nous avons tendu notre micro à Mariam Dalanda Cherif Haidara, à peine 10 ans qui paraît émerveillée : « je suis vraiment très très contente d’être venue. La fête a été bien, je remercie beaucoup les organisateurs. » Dit-elle souriante, promettant de revenir la prochaine fois.

Les temps ont changé d’après Mme Cissé Aminata Kaloga, une autre participante : «  la fête s’est bien passée et a été bien organisée. Nous sommes vraiment contents de notre Président, le Pr Alpha Condé. Nous lui souhaitons bonne chance et bon courage. Les citoyens n’ont qu’à se donner les mains et être sympathiques les uns envers les autres. C’est Dieu qui lui a donné le pouvoir et il pourra le donner à un autre aussi. »

En outre, elle fait remarquer qu’ « avant il n’y avait pas autant de personnes, c’était mieux organisé que maintenant. Maintenant vu qu’il y a trop de monde, c’est pourquoi il y a des débordements. »

A noter que le clou du spectacle a été, les feux d’artifices et les « 60 colombes lancées » en l’air en guise d’une liberté assumée.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire