La monnaie guinéenne créée le 1er mars 1960  a jour pour jour ses 55 ans. Une célébration sobre puisque la situation économique, explique le gouverneur de la banque centrale, est marquée  par une  crise sanitaire  qu’est Ebola. Louncény Nabé a brossé tout de même des avancées enregistrées par l’institution bancaire.

Parlant des réformes, Nabé dit : « La banque centrale a élaboré ses nouveaux statuts qui ont été déjà promulgués  le 02 juin 2014. Ces statuts renforcent  son indépendance et favorisent la transparence de ses activités.  Les principaux nouveaux éléments de ces statuts sont la recomposition du conseil d’administration de la banque, la création d’un comité politique monétaire et la mise sur pied d’un comité d’investissement des réserves de change. Dans le domaine de change et monétaire également, la banque centrale a poursuivi et  rendu possible la politique  de desserrement grâce au maintien de la tendance baissière du taux d’inflation.»

Selon lui l’année 2014 est aussi marquée par la baisse du taux directeur de treize à seize pour cent. «La banque centrale ajoute-t-il a poursuivi ses interventions sur le marché  interbancaire des changes avec pour principal objectif la stabilisation du taux de change  en vue de réduire la demande de la pression de la devise sur le marché des changes et par ce canal, stabiliser les prix des biens et services».

Aussi il fait savoir que la BCRG  a favorisé  par l’adoption par le gouvernement  le document stratégique national de finances inclusives lequel permettra dans les années à venir aux consommateurs qui n’ont pas accès aux services  financiers classiques  de bénéficier des services de proximité à faible coût. Il indique que : «cette stratégie nationale  de finances inclusives  est une réponse à la préoccupation exprimée  du  gouvernement  du professeur Alpha Condé qui l’inscrit dans la perspective générale de la réduction de la pauvreté  tant au milieu rural qu’urbain en particulier chez les femmes et chez les jeunes.»

Le gouverneur de la BCRG a également  décliné d’autres résultats : « La masse monétaire s’est accrue de douze virgule deux  pour cent en glissement annuel ce qui correspond aux besoins de l’activité économique. Le franc guinéen s’est stabilisé de sorte que l’écart  de change  s’est situé pour l’essentiel de cette période autour de deux pour cent. Les réserves de change se sont maintenues  à plus de trois mois d’importation à fin 2014 » a précisé Louncény Nabé.

Il souligne que : « Le taux d’inflation en glissement annuel qui était de vingt un pour cent  en 2010  est tombé à dix virgule  cinq pour cent à fin 2013  pour se situer à neuf pour cent  en 2014.»

La BCRG met à son actif l’application  des textes concernant la supervision des secteurs financiers, des relations propices avec des institutions internationales bancaires. Mais voudrait en tant que priorité  mettre à profit la recherche pour mieux prendre des décisions dans le contexte convenable.

JB.

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here