Idrissa Sampiring

Cinq mois après le toilettage au sein du bureau du conseil régional de la société civile de Labé, le nouveau bureau semble être grippé et morcelé, presqu’au bord de l’implosion.

Méfiance et inactivité caractérisent les rapports entre membres de la société civile à Labé. Idrissa Sampiring Diallo, vice-président chargé des affaires politiques de l’institution, qui a l’habitude des pavés dans la mare, est sorti de son silence : ‘‘je suis obligé de vous dire que depuis l’installation du bureau, moi je ne me retrouve pas avec l’équipe. je ne comprends pas l’équipe. Elle aussi ne me comprend certainement pas. Puisque je n’ai participé qu’à une seule activité du conseil régional de la société civile. C’était une activité liée au processus électoral. On nous avait dépêchés dans les 5 préfectures de la région pour superviser une session de formation des éléments qui doivent intervenir dans les bureaux de vote, depuis ça rien d’autre n’est à l’actif du bureau que nous représentons.’’

Il ajoute : ‘‘C’est connu aujourd’hui que je fais partie de ceux qui ont contribué à la dissolution  de l’ancienne équipe. Je suis étiqueté comme une personne difficile à vivre. Lorsque j’ai compris que généralement c’est le même comportement, j’ai préféré croiser les bras et observé. Parce que je ne suis pas le seul citoyen de Labé. Donc si les autres laissent faire moi aussi je ferai autant. Je ne peux pas admettre à tout moment que je sois la source des conflits des combats ou de lutte politique de ce genre dans notre région.’’

La sortie médiatique de Idrissa Sampiring serait partie du refus du nouveau bureau de répondre à l’invitation d’une radio locale qui voulait évaluer le bilan du conseil régional de la société civile depuis son installation: ‘‘Ce qui est déplorable dans cette situation, la radio a invité le président de la société civile, M. Cellou Goumba qui a refusé. Finalement on fait une rencontre pour voir ce qu’il y a lieu de faire. Moi-même j’ai voulu parler à la radio en tant que vice-président du bureau. Le trésorier Moulay Ismail Diallo m’a dit ouvertement que je ne dois point parler au nom de la société civile. Ils avaient décidé qu’une autre rencontre sera organisée pour finaliser la question jusqu’à nos jours ça na pas encore vu le jour.’’

Le trésorier de la nouvelle équipe Moulay Ismail n’a pas tardé à réagir suite aux propos du vice-president : ‘‘j’ai écouté avec attention ce que Sampiring qualifie de problèmes qui minent le bureau.  Parmi onze personnes, il est le seul à dire de ne pas comprendre les actions du bureau pourtant il est vice-president et non un simple membre. S’il n’est pas d’accord avec aucune personnes parmi les 11, jugez-en !’’

Pour lui, ‘‘Sampiring est habitué à parler de tout ce qu’il a envie de dire en tant que journaliste indépendant. Maintenant il pense qu’on peut passer par la société civile pour faire le contre-pouvoir. Et pourtant la société civile est apolitique. C’est les ONG, les medias, les syndicats qui font la société civile donc pas de contre pouvoir nous nous tendons la main à tout le monde pour le bien du pays. Je suis désolé quand il ignore le rôle de la société civile. S’il dit qu’aucune activité ne se mène, je ne comprends pas. C’est plutôt lui qui ne vient pas. Tout marche bien à la société civile de Labé’’.

Alpha Ousmane Bah  

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here