Toute manifestation de rue est interdite dans la préfecture de Labé, jusqu’à nouvel ordre. C’est ce qui ressort de la lettre de réponse de la préfecture de Labé adressée aux Forces sociales qui envisageaient faire une marche pacifique, ce lundi 23 juillet 2018.

Après la marche pacifique du mardi 17 juillet dernier qui a connu une grande mobilisation, la base locale des Forces sociales de Labé , à l’instar des autres localités du pays, envisageaient de faire une seconde marche pacifique, ce lundi 23 juillet 2018, pour protester contre l’augmentation du prix du litre de carburant à la pompe.

Cette marche est interdite par les autorités préfectorales. En effet, dans la lettre adressée aux Forces sociales de Labé dont Guinee7.com détient une copie, le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées, Lanciné Sangaré, ne donne pas les véritables raisons de l’interdiction de cette marche. Celui qui gère la préfecture actuellement, en l’absence du préfet Elhadj Safioulahi Bah,  en procès à la cour d’appel de Conakry avec un citoyen, s’est limité à dire que suite aux instructions reçues, cette manifestation est interdite, sans pour autant dire d’où venaient ces instructions.

Joint au téléphone, Idrissa Sampiring Diallo, membre de la PCUD, une des composantes des Forces sociales, a confié : « L’idéal aurait voulu que le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées précise qui lui a donné ces instructions, ou qu’il mette en annexe le document officiel qui interdit les manifestations de rue. Nous sommes à la veille d’un redéploiement de préfets et de gouverneurs, donc à mon sens, c’est un excès de zèle de la part de Lanciné Sangaré, qui est à la recherche d’un poste. Nous allons nous retrouver dans les heures à venir avec les différentes plateformes de la société civile, pour prendre des dispositions. Je vous rappelle juste que la loi nous confère d’attaquer cette décision à la justice ».

Lors de la précédente marche, les organisateurs n’avaient adressé aucune lettre d’information aux autorités locales prétextant qu’ils n’avaient pas d’interlocuteurs à la mairie. Après cette manifestation, le gouverneur de région leur avait fait la remarque et avait demandé qu’une lettre d’information conformément à la loi soit adressée au secrétaire général de la commune qui gère actuellement la mairie, en attendant l’installation des nouvelles équipes communales.

Mohamed Samoura pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire