« La Cellule Balai Citoyen s’insurge et appelle à une mobilisation des forces vives contre la rébellion orchestrée par les conseillers de la Cour constitutionnelle à l’adresse du président Kélèfa Sall », déclare Sékou Koundouno, administrateur.

Dans un mémorandum de 10 pages rendu public, ce jeudi 13 septembre 2018, à son siège, à Coléah, la Cellule Balai Citoyen (CBC) a qualifié la crise que traverse actuellement la Cour constitutionnelle de « coup d’Etat » contre le président de l’institution.

« De l’analyse de la dynamique de la Cour constitutionnelle, il ressort éloquemment, qu’en dépit des énormes efforts consentis par le président de la Cour constitutionnelle pour une normalisation progressive de l’institution et du climat de travail, la cour reste globalement une institution fragile, car des intentions inavouées et anticonstitutionnelles sont portées par certains conseillers de la cour », accuse Sékou Koundouno.

C’est pourquoi, selon lui, la CBC « considère cet acharnement contre le président de la cour constitutionnelle comme un coup d’état constitutionnel, violant sur toute la ligne les dispositions qui encadrent l’organisation et le fonctionnement de la cour ».

Après analyse de la situation de la cour, cette organisation de la société civile guinéenne appelle la population « à une mobilisation sociale contre la rébellion orchestrée par les conseillers de la Cour constitutionnelle à l’adresse du président Kélèfa Sall ; au respect du règlement administratif de la Cour constitutionnelle ; l’arrêt de toute procédures d’adoption d’une nouvelle loi en violation de la constitution ; de s’en tenir aux recommandations de l’Inspection générale d’Etat sur la mission de vérification de la gestion administrative et financière  de la Cour constitutionnelle, en avril 2016 ; met en garde toute personne qui tenterait d’empêcher le soldat Sall d’accéder à son bureau et diriger,… »

Dans les jours à venir, des actions sont envisagées par la CBC, entre autres : « travailler dans le cadre de la mobilisation de toutes les forces vives de la nation : syndicats, partis politiques, société civile, les citoyens engagés et la diaspora, pour sauver le soldat Kélèfa Sall de cette grande mafia dont les véritables raisons sont muettes ; transmettra toutes les coordonnées des conseillers concernés au niveau des instances telles que la CEDEAO, l’UA, l’UE, l’ONU ; envisage dans les prochains jours des manifestations sociales devant la Cour constitutionnelle (marches pacifiques et meetings) ».

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire