Abdoulaye Magassouba, ministre des Mines et Géologie

À la suite des discussions entre les autorités guinéennes et les services du FMI à Conakry du 3 au 15 Avril, 2018 et lors des réunions de printemps 2018 à Washington, un accord au niveau des services du FMI a été atteint sur la première revue du programme de politique économique et de reformes appuyé au titre de la Facilite’ Elargie de Crédit (FEC) sur trois ans. Sous réserve de l’approbation de la direction du FMI, l’accord établi au niveau des services du FMI devrait être soumis au Conseil d’administration du FMI en Juin 2018.

A l’issue des discussions, Giorgia Albertin, chef de mission du FMI pour la Guinée, a fait la déclaration suivante :

« Les autorités guinéennes et les services du FMI ont atteint un accord sur la première revue du programme de réformes et de politiques économiques appuyé par un accord FEC de trois ans qui vise à favoriser une croissance plus partagée et à réduire la pauvreté tout en préservant la stabilité macroéconomique.

« L’économie guinéenne connaît une croissance rapide, portée par un secteur minier dynamique. La croissance réelle était supérieure à 8% en 2017 et devrait atteindre environ 6% en 2018. L’inflation globale est augmentée à 8,9% en 2017.

« La forte augmentation des exportations minières a réduit les déséquilibres extérieurs en 2017. La hausse des investissements étrangers directs dans le secteur minier s’est poursuivie. Les réserves de change se sont renforcées.

« Les déséquilibres budgétaires de la Guinée se sont détériorés au cours de 2017, enregistrant un déficit budgétaire de base de 1,1% du PIB. Des investissements publics plus importants que budgétisées et des recettes insuffisantes ont affaibli la performance budgétaire.

« Préserver la stabilité macroéconomique et générer une croissance plus inclusive et plus partage est nécessaire pour réduire la pauvreté et améliorer le niveau de vie de la population.

« Améliorer la situation budgétaire de la Guinée est nécessaire pour préserver la stabilité et la viabilité à moyen terme. Accumuler davantage de réserves de change renforcera les réserves externes. Le maintien d’une politique monétaire prudente sera clé afin de maintenir une inflation modérée.

« Mobiliser des recettes fiscales additionnelles, maitriser les dépenses non prioritaires, éliminer progressivement les subventions à l’électricité non ciblées tout en renforçant les filets de sécurité sociale est nécessaire pour réduire les déséquilibres budgétaires de la Guinée.

« L’augmentation des investissements publics dans les infrastructures doit être équilibrée avec la préservation de la stabilité et de la viabilité de la dette à moyen terme. Une stratégie d’emprunt prudente et le renforcement des finances publiques et de la gestion des investissements seront essentiels.

« L’amélioration du climat des affaires et de la gouvernance, ainsi que l’inclusion financière sont essentielles pour favoriser le développement du secteur privé et parvenir à une croissance plus partagée. »

Département de la communication du FMI

RELATIONS AVEC LES MÉDIAS

ATTACHÉ DE PRESSE: LUCIE MBOTO FOUDA

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here