C’est en présence d’un parterre de personnalités, notamment, Baïdy Aribot et d’étudiants que la cérémonie de dédicace de l’oeuvre “confession sous les tropiques” de l’auteure Kadiata Kaba, s’est déroulée dans la salle Malick Condé, de l’université Kofi Annan de Guinée.

À connotation sociale et issu des éditions l’harmattan Guinée, ce roman qui est la première production de l’auteur parle des réalités que subissent les femmes africaines dans leurs différents foyers : le viol, l’infécondité et les violences conjugales.

Pour ce qui est de sa motivation à écrire sur ce sujet, Mme Kaba dira : “comme on le dit, on ne parle mieux que de ce que l’on connaît. Et moi, ce que je connais le mieux, c’est ma propre culture, c’est à dire la culture africaine, ma motivation. C’est que le constat c’est que les femmes africaines pour la plupart illettrées souffrent constamment dans leurs foyers. Elles sont victimes de blessures physique et morale, infligées par leurs conjoints.”

“J’ai essayée à mon niveau, d’apporter ma petite contribution au combat mené par mes prédécesseurs pour l’épanouissement des femmes.” Ajoutera-t- elle.

Elle a finalement tenue à remercier tous ce qui ont rendu possible l’apparition de cette oeuvre, notamment la maison d’édition l’harmattan Guinée.

Après avoir félicité et encouragé l’auteure, M. Aribot a encouragé à la lecture et à l’écriture, estimant que cela permettra de consolider la culture du savoir dans notre pays.”

Prenant le parole, l’écrivain Boubacar Diallo, écrivain, encourage les étudiantes à prendre leurs plumes pour dire ce qu’elles ont à dire.”

C’est par une série de dédicaces des romans achetés sur place, que cette cérémonie a pris fin.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here