Baidy Aribot et Sydia Touré, leader de l'UFR

8 millions GNF pour la commune urbaine et 3 millions de francs pour la commune rurale, c’est les cautions fixées par la CENI pour la participation aux prochaines élections communales et communautaires. Des voix, dès la diffusion de ce cautionnement, se sont levées pour dire que les montants sont exorbitants, après le PEDN de Lansana Kouyaté, le BL de Faya Millmouno, c’est l’Union des Forces Républicaines (UFR) qui, à travers son vice-président, Ibrahima Bangoura qui se plaint de l’excessivité des cautions.

Selon l’honorable Ibrahima Bangoura ce sont des montants auxquels son parti ne s’attendait pas, « parce qu’il vous souviendra que les premiers montants c’était 10 millions pour les communes urbaines et 5 millions pour les communes rurales, on avait dit que c’était élevé, on s’attendait à des montants vraiment inférieurs à ce que nous voyons aujourd’hui ».

« Ça va couter une fortune, plus d’un milliard trois cents millions, si on veut être candidat dans toutes les communes de la Guinée. Et compte tenu des conditions de vie actuelles de nos populations, ce qui est demandé est vraiment exorbitant », s’est lamenté le député.

Par ailleurs Ibrahima Bangoura a tout de même indiqué que l’Union des Forces Républicaines prendra part à ces élections avec toute la sérénité qu’il faut : « Nous pensons que ce sont des élections de proximité et que ces élections doivent se tenir pour qu’il y ait une certaine régularité dans la direction des affaires locales. »

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

 

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here