Lamine Guirassy, PDG de Hadafo médias, société propriétaire de Espace FM, aurait été informé d’une éventuelle attaque de ses locaux. Cela peut-être un pétard mouillé mais il prend néanmoins les soins d’informer la gendarmerie qui promet sécuriser les lieux dès 6 h du matin. Le jour J arrive. Aucune ombre d’agent de sécurité. Et ce qui devait arriver, arriva…

Les vitres du siège de Espace ont cassés par des projectiles ; des véhicules de ses employés endommagés.

L’attitude des forces de sécurité dans le cas de Espace FM est devenue comme une méthode de conduite. Nos forces de sécurité n’anticipent plus. C’est à croire que les services de renseignement n’existent pas. Cependant « à l’époque de Lansana Conté, on anticipait. Dès qu’on apprenait la préparation des mouvements ; on ne laissait pas les groupes se former. On les étouffait dans l’œuf », se souvient un agent de sécurité aujourd’hui à la retraite.

Aujourd’hui les forces de l’ordre préfèrent jouer les pompiers. Certains observateurs les accusent même de faire « ami ami » avec les casseurs sur le terrain. «Que voulez-vous, nous faisons sur le terrain ce qui nous été dit par notre hiérarchie militaire qui elle-même est soumise aux ordre de la hiérarchie civile » ? se défend un gendarme rencontré à Kaloum ce soir.

Il y a à l’allure des choses, une question à se poser : nos forces de l’ordre ont-elles démissionné ?

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com 

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here