L’humanité célèbre ce 21 septembre, la journée internationale de la paix sous le thème, ‘’le droit à la paix 70 ans après la déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies’’. A cette occasion, le ministre de l’Unité nationale et de la citoyenneté, Khalifa Gassama Diaby, a fait une déclaration.

« Cette célébration est l’occasion de rappeler aux Etats, leurs obligations et leurs responsabilités de garantir à leurs peuples respectifs, un environnement et conditions dignes aux peuples en mettant fin aux conflits menaçant la paix. Leur rappelant ainsi le droit fondamental des peuples et des individus à la paix. Cette obligation de paix en faveur des peuples implique pour les États, la conception, la définition et la mise en œuvre concrète des politiques publiques en faveur de la paix et de la stabilité démocratique et cela passe nécessairement par le respect effectif des droits et libertés de chaque personne humaine et de chaque citoyen, car la paix est beaucoup plus importante que la réduire à de simples incantations  pendant que les actes vont dans le sens contraire », déclare, Khalifa Gassama Diaby.

Pour lui, la paix est trop essentielle pour la laisser submerger les désirs égoïstes, narcissiques et claniques. Mais hélas, « disons-le clairement, notre pays sans être en guerre, se trouve dans une situation fragile de paix et de multiples menaces pour celle-ci. Le non respect des lois de la République fragilise notre vivre ensemble démocratique. Les promoteurs de la haine, de la division, de la discrimination prolifèrent avec insolence et irresponsabilité au détriment du respect mutuel et de la fraternité démocratique. La violence enracine dans nos quotidiens avec complaisance et insensibilité au mépris de l’humanité », regrette-il.

Parlant des violences et les injustices récemment enregistrées dans la préfecture de Mandiana en Haute Guinée, il estime que celles-ci ne seraient certainement pas arrivées si « les précédents à Conakry, à Boké, à Kindia, à Siguiri où dans la région forestière avaient été punies, sanctionnées. Avant Mandiana, combiens de citoyens sont morts par balles à Conakry ou dans d’autres villes de notre pays ? Où sont les auteurs de ces crimes ? Où est la justice pour ces âmes tristement arrachées aux familles plongées dans la tristesse ? C’est insupportable et cela est une menace pour notre paix collective. Nous payons donc aujourd’hui, le prix de notre complaisance immorale et de la culture de l’impunité et du laisser aller. Il n’est pas acceptable que la vie de nos concitoyens soit si peu importante. Rien ne justifie qu’on enlève la vie d’un citoyen, ni à Siguiri, ni à N’Nzérékoré, ni à Labé, ni à Conakry », dit-il.

« On n’aurait pas connu ce drame insupportable à Mandiana si les premières victimes des manifestations avaient bénéficié de la justice à travers des sanctions sévères et exemplaires. Le mal reste le mal, l’injustice reste l’injustice, peu importe qui le subit ou qui en profite, il doit être combattu pour espérer une paix durable », insiste Gassama Diaby.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire