Le ministre Khalifa  est attendu au mois de janvier 2015 pour son rapport sur les droits de l’homme à Genève. Une tradition à respecter par la Guinée, après avoir ratifié des traités et conventions  sur les  droits de l’homme. Le ministre des droits de l’homme et des libertés publiques aura l’honneur donc  de dresser  le bilan  sur le respect des droits humains dans le pays. Il ne compte  au cours de cette présentation décevoir les défenseurs des droits de l’homme.

«Le rapport est rigoureux, c’est un rapport sérieux, il est évidemment hors de question de passer sous silence la problématique des droits de l’homme en Guinée. Tout en expliquant bien évidemment le contexte socioculturel et politique dans lequel nous nous trouvons, tout en expliquant  la réalité  de la culture démocratique de notre pays, vous pouvez compter sur moi pour ne pas faire preuve de complaisance à travers ce rapport»,  a rassuré Khalifa Gassama Diaby.

Des dossiers sur l’impunité, le viol, la corruption….vont être à l’ordre du jour. Khalifa ajoute : «Toutes les questions des droits de l’homme y sont. Elles seront abordées avec rigueur  parce que si on veut aller de l’avant, il faut commencer d’abord  à reconnaître la réalité des choses  avant de chercher de solutions pour y remédier.»

Le débat sur la peine de mort ? Son département compte lancer une vaste campagne de sensibilisation sur la question de la peine de mort : «Parce que je pense que notre pays saurait s’inspirer dans une dynamique plus démocratique, plus juste en allant dans le sens de l’abolition de la peine de mort» précise –t-il.

Les cadres du ministère des Droits de l’homme et des Libertés publiques et  autres acteurs de la question s’activent pour finaliser le rapport qui va être présenté en début 2015.

JB

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here