Le ministre guinéen du Budget a animé une conférence de presse dans un réceptif hôtelier de la place, ce lundi 15 janvier 2018. Il était question pour Mohamed Doumbaya de présenter le bilan de son département, au compte de l’année 2017, avant de dérouler ses perspectives pour l’année en cours.

Au cours de cette sortie médiatique, le ministre Doumbaya a apporté des précisions sur le projet de réforme de la RTS (Retenue Taxe sur les Salaires), dont l’annonce a d’ailleurs suscité plusieurs échos dans cité.

Selon lui, « Il faut que les gens comprennent que dans tous les pays, quand vous gagnez plus, vous contribuez plus. C’est ce qui se fait dans tous les pays. Aujourd’hui, j’ai du mal à comprendre personnellement, que quelqu’un puisse avoir 5 mille, 10 mille ou 15 mille euros ou 15 mille dollars et qu’il ne puisse pas contribuer aux ressources publiques. Si vous, vous l’admettez, moi j’ai du mal à l’admettre et c’est ce que nous avons essayé de traduire à travers ces réformes-là ».

Et de poursuivre : « J’ai du mal à comprendre que quelqu’un gagne plus et ce dernier ne contribue pas. Celui qui n’a rien, il bénéficie des mêmes services publics que celui qui en a beaucoup, mais il ne peut pas donner un peu ? Quel type de société nous voulons ? C’est des vraies questions qu’il faut qu’on se pose aujourd’hui. L’impôt, c’est aussi l’expression d’une solidarité, donc nous devons tous soutenir des initiatives comme ça ».

Parlant de la tranche fixée dans le cadre cette réforme de la RTS, le ministre du budget a précisé : « Les tranches ont été de 3 millions GNF à 5 millions GNF, de 5 millions GNF à 5 millions 10 GNF, 5 millions 10 GNF à 5 millions 15 GNF et de 5 millions 15 GNF à plus, et on a rehaussé le plafond de 15% à 20%. Aujourd’hui, autour de nous, en Côte d’Ivoire ou au Sénégal, la tranche c’est entre 35 et 40%, nous nous sommes déjà à 20%.

Par ailleurs, Mohamed Doumbaya a également réagi par rapport à la revendication des syndicalistes qui estiment que les plus touchés par cette réforme sont les bas salariés. « Je peux comprendre ça, mais nous sommes en discussion avec eux (les syndicalistes, ndlr) pour qu’ils comprennent ; en tout cas, tous ceux qui sont en dessous de trois millions ne sont pas concernés. On a commencé à appliquer les 5% à partir de trois millions jusqu’à 5 millions et ils estiment qu’il faut encore fournir l’effort. Nous sommes prêts à les écouter et c’est pourquoi nous avons suspendu ce programme. Ce n’est pas annulé, mais c’est suspendu », a-t-il déclaré.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here