Au cours de l’assemblée générale hebdomadaire du parti au pouvoir, qui s’est déroulée ce samedi 4 août, au quartier Gbessia, le vice-président de l’ex-parti Guinée Pour Tous (GPT), Sory Sow, a sensibilisé les militants sur les manifestations qui surviennent actuellement contre la hausse du prix du carburant à la pompe.

Il dira tout d’abord que : « Depuis l’augmentation du prix du carburant, notre pays fait face à beaucoup de mouvements. Des mouvements dits sociaux, des mouvements dits syndicaux, mais aussi des mouvements politiques qui ne disent pas leur nom. Je vais vous dire, la Guinée a besoin de l’ordre. La Guinée a besoin de la stabilité politique, la Guinée à besoin de la discipline. Le gouvernement a augmenté le prix du carburant, c’est vrai, mais il appartient au gouvernement de décider dans un pays. La Guinée ne doit pas être un pays différent des autres. C’est au gouvernement de prendre les décisions, ce n’est pas aux syndicats de décider pour la Guinée. Ce n’est pas aux forces sociales, c’est au gouvernement de la république de décider pour la Guinée ».

Par ailleurs, il a estimé : « Si on se bat pour le peuple de Guinée, il faut arrêter la pagaille dans la rue. Il faut arrêter la pagaille dans ce pays, si on veut aider le peuple de Guinée. Aider le peuple de Guinée, c’est permettre aux citoyens d’aller chercher leur quotidien. C’est permettre à chaque citoyen, le matin, de se lever et aller là où il travaille ; là où il peut gagner son pain quotidien. Ce n’est pas en barricadant les rues. Ce n’est pas en manifestant qu’on va aider le peuple de Guinée. Le gouvernement a augmenté le prix du carburant, le gouvernement a appelé les acteurs sociaux, autour de la table, pour négocier les mesures d’accompagnement. Je vais vous dire, soyez tous bien informés, il appartient à l’Etat de décider dans un pays. Ce n’est pas à un syndicat de décider pour la Guinée, ce n’est pas à une force sociale de décider pour la Guinée, c’est au gouvernement de la république de décider ».

« Les mesures sociales devaient être négociées. Le professeur Alpha Condé veut le bonheur de ce peuple de Guinée. Mais pour avoir le bonheur, nous devons travailler en paix, nous devons circuler en paix, nous devons construire le pays en paix, sur la demande que l’Etat décide et que les citoyens acceptent la décision. Personne ne doit accepter d’être manipulé, personne ne doit accepter d’être utilisé. Ce gouvernement se bat pour le peuple de Guinée. Vous avez vu les bus qui ont été mis en circulation tout récemment, c’est pour le peuple de Guinée. D’autres bus vont suivre, d’autres mesures vont suivre. Si nous voulons le progrès en Guinée, il faut qu’on accepte de travailler dans la paix. Ce n’est pas en manifestant dans les rues qu’on va améliorer le niveau de vie des Guinéens. A chaque fois qu’on sort dans les rues, il y a des milliers de Guinéens qui ne peuvent pas aller travailler, qui ne peuvent pas aller au marché, il y a des femmes qui ne peuvent pas vendre. Vous pensez que c’est comme ça qu’on va améliorer le niveau de vie des Guinéens ? Non. Je dis non. Si vous voulez améliorer les conditions de vie des Guinéens, retrouvons-nous autour de la table. Discutons autour de la table, trouvons la solution autour de la table. Et vous connaissez, en Guinée, les manifestations qu’on dit pacifiques, à chaque fois qu’on sort, des véhicules sont cassés, des individus sont blessés, des enfants morts. La Guinée ne veut plus ça. On ne veut plus ça », indiquera enfin Sory Sow.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here