Inaugurée officiellement ce lundi à Gebze, en Turquie, la Banque des Technologies est un nouvel organe des Nations Unies, qui s’attaquera aux problèmes des pays les plus pauvres du monde par le biais de la science, de la technologie et de l’innovation en promouvant leur intégration dans l’économie mondiale fondée sur la science.

En effet, l’Assemblée générale des Nations Unies a chargé la Banque internationale des technologies (Technology Bank) de renforcer la capacité de connaissance des 47 pays les moins avancés (PMA), de favoriser le développement de leurs écosystèmes d’innovation nationaux et régionaux pour attirer la technologie extérieure et stimuler la recherche et l’innovation.

Convié à cette cérémonie en tant que Ministre guinéen de l’Enseignement Supérieur et Membre du Conseil d’administration de la nouvelle banque, Monsieur Abdoulaye Yéro Baldé a participé activement à cette rencontre de haut niveau mobilisant entre autres Dr. Faruk Özlü, ministre turque des Sciences, de l’Industrie et de la Technologie, hôte de la cérémonie d’inauguration, Mme Amina J. Mohammed, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Mme Fekitamoeloa Katoa Utoikamanu, Vice-Secrétaire générale et Haute Représentante pour les pays les moins avancés.

Pour rappel, la création de la Banque des technologies est le premier objectif de développement durable (ODD) à être atteint. Sa création est hautement symbolique, car elle répond directement au principe du Programme 2030 de ne laisser personne de côté.

Au cours de sa présentation, A.Y Baldé a rappelé les causes de l’écart observé aujourd’hui entre les Pays les moins avancés (PMA) et le reste du monde en matière de technologies. Exprimant son point de vue en tant que décideur politique et en tant que membre du Conseil d’Administration, il a souligné quatre points qui permettront de mesurer le succès de la Banque des technologies dans le monde. Il s’agit notamment de :

1- la mise en œuvre des activités pilotes de la Banque et faire en sorte que son programme de travail soit déployé très rapidement dans les 47 PMA ;

2- Prendre en compte la nécessité de réaliser des progrès substantiels dans l’appropriation de la science et de la technologie pour tous, lors de la conception et le déploiement des activités futures de la Banque des technologies.

3- Faire en sorte que le travail de la Banque approche la science, la technologie et l’innovation comme une question transversale plutôt que sectorielle. Ceci permettra de s’assurer que les activités de la Banque serviront de catalyseur pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD);

4- Créer de nouveaux partenariats et construire sur la base des meilleures pratiques existantes dans le domaine de la science, la technologie et l’innovation sont des approches essentielles. Il est également important d’assister les PMA afin de bénéficier des Traitements Préférentiels existants – incluant l’Article 66.1 de l’Accord sur les Droits de Propriété Intellectuelle relatifs au Commerce (ADPIC)- et des technologies adaptées et disponibles dans le domaine public ;

Avant de terminer, Monsieur le Ministre a remercié tous les acteurs qui ne cessent d’œuvrer pour l’opérationnalisation de ce nouvel organe. Puis, il a exprimé la détermination de la République de Guinée à travailler avec chacune des parties prenantes afin que la Banque des Technologies offre un soutien efficace à tous les PMA. Enfin, il a réitéré l’engagement de son pays d’accueillir la branche régionale de la Banque des Technologies.

Par ailleurs, accompagné de SEM l’Ambassadeur de la République de Guinée en Turquie, Daouda Bangoura, le Ministre A.Y Baldé a eu des rencontres bilatérales avec Mme Amina J. Mohammed, Secrétaire Générale Adjointe des Nations Unies, Mme Marianne Hagen, Secrétaire d’Etat Norvégienne, Dr. Faruk Özlü, Ministre Turque des Sciences, de l’Industrie et de la Technologie, ainsi qu’avec des hommes d’affaires Turques.

Le Service de Communication et Relations Publiques/MESRS

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire