Notre loi électorale est catégorique : les résultats validés par les juges sont définitifs. Cette loi vient allégrement d’être violée par un consortium composé du gouvernement (le facilitateur), du parti au pouvoir, le RPG-Arc-En-Ciel, et du principal parti de l’opposition, l’UFDG.

Ce consortium s’est réuni mercredi 8 août pour se partager le gâteau communal, comme naguère les grandes puissances l’ont fait à la conférence de Berlin au 19è siècle. Selon leurs intérêts, ils ont créé de véritables délégations spéciales dans les communes de Dubréka, de Kindia, et dans d’autres communes rurales. Un gangstérisme politique qui, une fois de plus particularise notre démocratie on ne peut plus bancale.

Dans un de nos éditos, nous suggérions la solution politique à cette crise électorale née de la mauvaise foi des partis suscités. Cette solution consistait à trouver des arrangements entre partis en vue de donner des consignes de votes à l’élection des exécutifs à la tête des communes. Non pas désigner par un ‘‘accord’’ les dirigeants des communes. Comme c’est le cas actuellement.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here