Ce lundi 25 janvier, l’Association des victimes du Camp Boiro (AVCB) a commémoré le 45ème anniversaire de la terrible nuit qui a ouvert la période au cours de laquelle plusieurs dizaines de prisonniers politiques furent froidement exécutés par pendaison, sur l’ensemble du territoire national guinéen.

C’est aux environs de 10h du matin que les organisateurs de la manifestation et leurs invités (parents et officiels) réunis au niveau du cinéma Liberté, ont pris le départ d’une marche derrière la banderole portant les images de quelques disparus des sinistres camps de la mort disséminés à travers la Guinée. Au rythme du slogan « Plus jamais ça », ils ont rallié le Pont du 8 Novembre également appelé « Pont des pendus », car en ce lieu furent pendus, en cette nuit du 24 au 25 janvier 1971, quatre hauts responsables de ce pays : Baldet Ousmane, Barry Mamadou dit Barry 3, Keita Kara de Soufiane et Magassouba Moriba. Le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Karifa Gassama Diaby représentait le gouvernement. Avec la présence remarquée de l’ambassadeur de France, des représentants de l’Union européenne et du Haut-commissariat des Nations unies pour les Droits de l’homme, le cortège s’est arrêté au Pont où des discours ont été lus. Sidikiba Keita, le fils de Keita Fodéba et président de l’AVCB  a appelé les Guinéens au devoir de mémoire. Il a salué la présence des partenaires étrangers (ambassades et institutions internationales) et celle du ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté. Le représentant des Droits de l’homme en Guinée a aussi encouragé la démarche qui consiste à condamner toutes les violations des droits de l’homme. Le ministre Gassama a pour sa part rappelé que le devoir de mémoire est une exigence qui doit précéder toute réconciliation nationale. La Guinée a le devoir de régler tous les contentieux liés à son histoire politique.

Le cortège s’est à nouveau ébranlé vers le Camp Boiro aujourd’hui appelé Camp Camayenne. En ce lieu, il a été procédé à la pose de la première pierre de la stèle qui va se dresser désormais en cet endroit, pour matérialiser les blocs où tant de victimes connurent les pires sévices. Une gerbe de fleurs y a été déposée par la petite fille de Baldet Ousmane. La lecture du Coran (sourate Yacine) mit fin à la cérémonie. A signaler que Bah Oury, ancien ministre de la Réconciliation nationale, rentré d’un exil de cinq ans, a pris part à cette cérémonie, aux côtés des députés Baïdy Aribot et Chaïkou Barry de l’UFR, du Pr Djibril Tamsir Niane et de l’ancien ministre Lamine Kamara Capi, tous deux anciens prisonniers du Camp Boiro.

Daouda Tamsir Niane pour guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here