Sept pays ouest-africains (Cap-Vert, Guinée-Bissau, Gambie, Guinée, Mauritanie, Sierra Leone et Sénégal) ont décidé de soumettre à l’ONU en septembre une demande commune d’extension de leur plateforme continentale à 350 milles marins (650 km).

Cette indication a été fournie mardi, à Praia, par le ministre capverdien des Affaires étrangères, Jorge Borges, en marge d’une réunion ministérielle des pays concernés par une extension de leur plateforme continentale au-delà des 200 milles marins.

Selon le ministre capverdien, la réunion de Praia avait pour but de valider les recommandations du comité de liaison des sept pays, avec l’appui technique de la Norvège, avant leur présentation à l’ONU.

Jorge Borges a précisé que la demande d’extension est régionale et concerne les limites extérieures de la plateforme et non les frontières avec les pays voisins.

Avec la Mauritanie, il a admis qu’il y aura une zone géologique qui devra être analysée plus tard. D’autre part, a-t-il déclaré, le Cap-Vert doit entamer des négociations avec d’autres pays, qui se situent au sud, en raison du prolongement de sa plateforme continentale, à savoir la Guinée-Bissau, la Guinée et la Gambie.

Selon le chef de la diplomatie capverdienne, des gains de l’extension de la plateforme désirée seront “énormes” pour les générations futures, car il peut y avoir d’autres ressources qui seront exploitées et gérées par le Cap-Vert.

“Nous serons un pays vraiment bleu. Pour l’instant, nous allons augmenter notre territoire de presque 1 million de km2. La région de la mer sera 150 fois plus grande que la partie terrestre”, a-t- il souligné.

Xinhua

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here