Ordre du jour : le Fichier électoral. D’abord, il est revenu à la CENI de faire le point sur la situation de la révision en cours de la liste électorale.

Pour l’occasion, le président de la CENI, Bakary Fofana, a souligné que conformément à l’accord politique de 2013, l’opérateur technique GEMALTO a été recruté. C’est en début d’année que la société a commencé à livrer les kits d’enrôlement des électeurs, d’où le lancement de la récente révision de la liste électorale avec 500 superviseurs.

A la directrice adjointe de la planification, Mme Camara, de rappeler que dans les conditions normales, le fichier électoral émane des résultats du recensement général de la population.

Comme défaillances constatées durant la révision de la liste électorale, Mme Camara a énuméré la mauvaise foi de certains membres des CARLE (Commission administrative de révision de la liste électorale) dans la gestion du carburant des groupes électrogènes et la non-maitrise de la manipulation desdits groupes par beaucoup d’entre eux. Aussi, les contraintes douanières ont empêché le démarrage à temps des opérations dans certains pays étrangers pour enrôler les compatriotes, d’où la prolongation jusqu’au 20 juin dernier.

En chiffres bruts, la CENI annonce 1.300.000 personnes (33%) enrôlées. Rassurée de l’exposé et des arguments de la CENI, la mouvance présidentielle se dit également prête à accompagner toute initiative venant de l’opposition pour améliorer le processus électoral, en vue de la transparence et de la crédibilité des futures élections.

Réticente vis-à-vis de la transparence du processus en cours, malgré les arguments de la CENI, l’opposition souligne que le travail a été faussé au départ.

Le problème d’enrôlement de mineurs a aussi été signalé par les représentants de l’opposition. Et, dans le souci de rassurer l’opposition à ce sujet, la CENI a d’abord expliqué qu’au vu du déroulement du processus, tout cas du genre sera extirpé. Et puis, la CENI a également fait deux propositions pour veiller à ce qu’aucun cas d’enrôlement de mineurs (s’il existe) ne soit validé. D’abord, mettre en place une commission de veille (opposition, mouvance et CENI locale) pour la vérification des listes durant l’affichage. Ensuite, qu’une commission similaire soit mise en place pendant la distribution des cartes d’électeurs qui se fera en présence des individus.

La majorité présidentielle se dit d’accord pour les deux propositions de la CENI, l’opposition a émis des réserves en attendant, selon elle, de voir les différents rapports sur le fichier.

CD.

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire