Ce mercredi matin, des enseignants grévistes sont encore mobilisés au niveau du siège de leur syndicat, à l’attente de l’appel des représentants du gouvernement, pour la signature de leur protocole d’accord.

 

Après trois mois de grève et le gel de leurs salaires, ces enseignants ont l’espoir que ce document, qui mettra fin à leur misère et permettra la reprise effective des cours dans les écoles, serait enfin signé aujourd’hui.

 

Dans la foulée, le premier responsable du SLECG, Aboubacar Soumah, a expliqué les raisons du mouvement d’ensemble que lui et ses hommes comptent faire tout à l’heure, pour rallier le Palais du peuple, lieu prévu pour la cérémonie de la signature de l’accord.

 

« Nous marchons, parce que nous n’avons pas tous des véhicules ; le Palais n’est pas aussi loin ; donc nous préférons marcher, que les gens nous voient venir vers le Palais du peuple. Et aussi comme on est nombreux, au lieu de perdre le temps ici à emprunter des taxis qui, généralement, viennent remplis, nous ne sommes pas à un point de départ, c’est pourquoi nous avons estimé qu’il serait vraiment préférable pour nous, dans ces circonstances-là, de marcher jusqu’au Palais du peuple, pour que les gens nous voient, qu’ils considèrent que les enseignants sont unis et solidaires. Donc, c’est pour cela que nous avons estimé que marcher serait préférable ».

 

Parlant du contenu de l’accord qui doit être signé entre sa structure et le gouvernement, Aboubacar Soumah s’est abstenu de se prononcer là-dessus. « Vous ne pouvez pas savoir le contenu du protocole, parce que les deux parties ne se sont pas encore entendues, le protocole n’est pas signé. Donc, on ne peut pas livrer le contenu, tant que ce n’est pas signé », a-t-il déclaré.

 

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here