Face aux hommes de médias, au siège de son parti, ce jeudi 23 août, le président du Parti de l’Unité et du Progrès (PUP), El hadj Fodé Bangoura, a une nouvelle fois affirmé le désaccord de sa formation politique vis-à-vis du dernier accord signé entre le RPG et l’UFDG, mais aussi celui scellé entre le RPG et l’UFR, dans le cadre de la résolution des contentieux électoraux du scrutin du 4 février dernier.

Prenant la parole, le leader de l’ancien parti au pouvoir a dénoncé les conditions dans lesquelles se sont tenues ces élections communales et communautaires, notamment la non-révision du fichier électoral depuis 2015 ; la contestation de la CENI ; la fraude dans les résultats et autres. « Quand le Premier ministre (Kassory Fofana, Ndlr) a été nommé, il est passé dans certains états-majors des partis politiques dont le PUP. Et lors de son passage, nous avons déroulé nos revendications, il nous a dit de préparer un mémo et à le lui adresser, ce qui a été fait. Mais à notre grande surprise, nous n’avons même pas reçu l’accusé de réception, mais on nous appelle pour faire le planton pour eux et notre mémo a été adressé à un député qui n’est même pas secrétaire général d’un parti. Et c’est le PUP qui était chargé de faire le planton, on s’est demandé comment fonctionne notre administration… Mais comme nous n’avions pas adressé notre mémo à un parti politique, à plus forte raison à un député, nous avons retiré notre mémo », a expliqué Fodé Bangoura.

Et de poursuivre : « Nous étions sur cela quand l’opposition républicaine a décidé de faire une marche de protestation. Subitement un soir, on apprend par voie de presse que la pizza a été découpée, d’abord en deux morceaux et ensuite un troisième est arrivé, les autres, on s’est fout. Donc, nous ne sommes pas d’accord avec cette répartition cavalière, nous avons participé au même titre, à certains endroits même, nous étions faiseurs de rois et puis on apprend que telle ou telle commune appartient à tel ou tel parti… Je crois que ça ne doit pas fonctionner comme ça, le Parti de l’Unité et du Progrès n’est pas d’accord avec cet accord ».

En effet, le président de PUP estime que : « La Guinée n’est pas en trois morceaux, c’est une entité unique, on ne découpe pas en trois morceaux… Si on veut bipolariser, c’est ce que Lansana Conté avait dit au départ le bipartisme. Maintenant, ceux qui ont crié fort ce jour-là qu’ils sont contre, c’est ces personnes qui aujourd’hui veulent tirer d’une autre manière le drap vers celles-ci. Alors, nous le disons haut et fort, que cette manière de repartir l’échiquier politique, le PUP n’est pas d’accord et n’est ni pour un groupe, ni pour d’autres. Cela doit se régler, mais on ne règle pas un désaccord par un autre désaccord ».

Par ailleurs, le ministre secrétaire général à la présidence de la république sous l’ère Conté a indiqué que les élections ne sont pas totalement terminées. « Il reste encore une élection, les conseillers vont élire l’organe exécutif, les maires doivent être élus, et c’est là-bas qu’on se prépare et c’est là qu’on va prouver que nous ne sommes pas d’accord », a-t-il conclu.

Mohamed Kaba Soumah Guinee7.com  

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire