Mme Boiro, ancienne directrice nationale du Tresor

Le procès des présumés assassins de lex-directrice du Trésor public, Mme Aîssatou Boiro, et de Paul Temple Colle, technicien, sest poursuivi, ce lundi 12 novembre 2018, au tribunal de première instance de Dixinn, avec la comparution des trois présumés auteurs, parmi lesquels figure le colonel de police, Amadou Bangoura, pour la première fois.
Dès louverture de laudience criminelle du jour, à 11 heures, par le juge Ibrahima Kalil Diakité, Oumar Lamarana Diallo allias Williams, un des prévenus, a été appelé à la barre. Dans sa déposition, cet accusé a nié avoir participé de près ou de loin au double assassinat de Mme Aîssatou Boiro et Paul temple Colle ; toutefois il reconnait avoir dérobé deux conteneurs à Dar es Salam et à la Carrière, avec deux de ses amis.

Pendant les opérations de vol à Dar es Salam et Carrière, le mis en cause a déclaré au tribunal quils ont pris 250 mille GNF, des sardines, un carton dOmo et des boites de lait. Lors de son audition à la police, il a affirmé : « Jai été ligoté pour que je reconnaisse larme, ce que jai refusé Je reconnais avoir volé, retiré les calepins des gens, avec Ibrahima Sory dit Béwa, qui est décédé », a déclaré Oumar Lamarana Diallo allias Williams.

Colonel Amadou Bangoura qui était au moment des faits Lieutenant-colonel, a comparu pour la première fois dans ce dossier. Il est poursuivi pour complicité dans cette affaire. Habillé en civil, à la barre, cet officier de la police guinéenne a nié en bloc les faits retenus contre lui. « Je ne reconnais pas les faits, parce que la personne (Mohamed Conté allias Souka, ndlr) qui a dit que cest moi qui lui fournis des armes, je lai arrêté trois fois. En 2005, en 2006 et en 2008. Et après la gendarmerie l’a arrêté en 2010 », sest-il défendu.

Visiblement énervé devant le tribunal, le colonel Bangoura a déclaré : « Je suis humilié, là où je suis ». « Après tous les services rendus à la nation, est-ce que vous ne pensez pas que cest un règlement de comptes ? » demande un avocat de la défense. « Cest ce que je pense », estime le colonel Amadou Bangoura, avant de déclarer plus loin : « Je préfère mourir sur le terrain que dêtre dans cette situation. Je ne me reproche de rien (sic) ».

Sur sa relation avec Mohamed Diallo allias Junior, le colonel Bangoura, déclare quil ne le connait pas, malgré quil soit lhomonyme de son fils. Il affirme quil na jamais été au domicile de Junior, mais ils se sont rencontrés à trois reprises, dont la première fois était à son bureau où, dailleurs, il a été informé que le fils de Junior porte son nom.
Après cette déposition du colonel, la défense a souhaité une confrontation entre cet officier et Mohamed Conté allias Souka, qui est en train de purger une peine à la prison de Kindia. En retour, le président du tribunal dit que la demande sera observée pour être statuée.

Après six (6) heures de débats, laudience a été suspendue et renvoyée à demain, mardi 13 novembre, pour la suite des débats.

Bhoye Barry pour guinee7.com
00224 628 705 199

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here