C’était ce lundi 28 janvier au tour de la ministre Mariam Camara de faire, comme certains de ses collègues du gouvernement, la situation du département de l’Agriculture, dont elle a la charge.

Face aux hommes de médias, dans un complexe hôtelier de Conakry, elle a tout d’abord rappelé que : «  Les produits et équipements phytosanitaires, jusqu’en 2010, les quantités de produits fournis ne dépassaient pas 20 000 litres par an, et les équipements de traitement atteignaient à peine 100 unités par an et que la qualité de semences améliorées de riz n’atteignaient pas 1000 tonnes. »

Elle a fait souligner, que grâce aux  efforts consentis par le gouvernement, il y a eu « l’évolution de la production des principales cultures vivrières », parmi lesquelles, le riz figurait et dont le tonnage va en s’élevant ainsi  : «  De 2011 à 2012, 1 793 135 tonnes ; de 2012 à 2013, 1 825 262 tonnes ; de 2013 à 2014, 1 913 338 tonnes, de 2014 à 2015, 1 970 515 tonnes ; de 2015 à 2016, 2 047 365 tonnes ; de 2016 à 2017, 2 173 742 tonnes ; de 2017 à 2018, 2 197 907 tonnes.»

En terme d’actions et résultats obtenus depuis l’arrivée de président Alpha Condé, la ministre a expliqué que : « Le renforcement des capacités humaines et matérielles a permis d’améliorer de façon significative l’appui conseil aux producteurs sur l’ensemble du territoire national. En effet, l’ANPROCA est passée d’un encadrement de 70 800 ménages en 2011 à 115 800 ménages en 2018, soit un accroissement de 63,5%. Le ratio moyen d’encadrement est passé de 200 à 150 ménages par conseiller agricole ; ce qui permet d’améliorer l’efficacité du conseil agricole

Elle poursuit : « En matière d’approvisionnement en intrants, le gouvernement a mis à la disposition des producteurs des engrais destinés à toutes les filières agricoles, à travers le fonds de soutien à la campagne. L’approvisionnement en engrais a connu une évolution significative, car elle est passée de 2 000 tonnes par an jusqu’en 2010  à 100 000 tonnes en 2018. Ainsi, depuis 2011, au total 213 835 tonnes d’engrais ont été distribuées aux producteurs au prix subventionné de 135 000 GNF contre 230 000 GNF le sac de 50 kg au prix sur le marché, soit un taux de subvention de 95% (…) En ce qui est de l’appui du gouvernement dans le cadre de la mécanisation agricole, il a été mis à la disposition des producteurs et transformateurs « 240 moissonneuses-batteuses, 300 motofaucheuses, 690 batteuses motorisées, 1 095 décortiqueuses, 274 tracteurs dont les puissances varient de 60 à 80 CV, 715 étuveuses de riz », ce qui, selon elle, a favorisé l’augmentation des superficies mises en valeur et la réduction des pertes post-récolte… »

Elle n’a pas non plus raté de faire part des perspectives visées par son département, au compte desquelles elle a cité entre autres : « Mieux définir les qualités et les quantités par culture, installation de nouvelles rizeries dans les grands bassins de production. Assurer la transformation du fonio pour une meilleure présentation  pour la consommation locale et la commercialisation, atteindre 300 000 ha de plantations de cacaoyer et assurer sa transformation locale, promouvoir les nouvelles technologies en agriculture en utilisant des plateformes numériques pour les opérations culturales, la fourniture d’intrants et l’utilisation des machines agricoles…. »

Finalement, Mariama Camara a fait mention de plusieurs projets qui sont en phase de démarrage, dont entre autres, le projet de développement intégré de Guinée (PDAIG), le projet de développement agricole du pôle G…

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here