Alpha Condé aux hommes d’affaires : « nous voulons être une usine pour les autres, et non un marché… »

0

Présidant, une rencontre sur le partenariat public-privé, dans un réceptif hôtelier de la place, le week-end dernier, le numéro un guinéen s’est exprimé sur la faiblesse des hommes d’affaires qui, selon lui, sont incapables de présenter des projets bancables, afin d’obtenir des financements auprès des partenaires.

Selon le président Alpha Condé, « la première chose, c’est qu’il n’y a pas de privés en Guinée. Vous avez au moins trois structures patronales et très souvent, ceux ne sont pas des industriels, mais c’est le système commercial qui domine. Nos hommes d’affaires ne présentent pas de projets bancables, ce n’est pas l’argent qui manque, mais peu d’hommes d’affaires en Guinée sont capables de présenter des dossiers bancables… Nous avons fait une réunion avec nos partenaires, au cours de laquelle ils ont décidé d’aider nos hommes d’affaires ; à savoir présenter des projets bancables, mais si nos hommes d’affaires ne font pas d’efforts pour aller vers ces partenaires, pour qu’ils nous les encadrent afin de pourvoir présenter des projets bancables, ça sera très difficile d’avoir accès aux crédits ».

Dans la même lancée, le chef de l’État a fait cas de certaines pratiques des hommes d’affaires évoluant dans le commerce. « Pendant longtemps, le secteur privé guinéen a été dominé par le commerce, c’est plus facile, d’autant plus que quand des conteneurs venaient, c’est écrit dessus PRG (Présidence de la République de Guinée, Ndlr) ou AG (Armée Guinée, Ndlr) ; donc on ne payait ni douane, ni taxe et rien d’autre. Voilà comment beaucoup de personnes se sont enrichies dans la facilité, parce que même le dernier des imbéciles, il deviendra milliardaire dans ce cas », a déclaré le Pr. Alpha Condé.

Par ailleurs, le locataire de Sékhoutouréah a déclaré : « Nous voulons être une usine pour les autres, nous ne voulons pas être un marché pour les autres. Aujourd’hui, notre politique, c’est de transformer nos matières premières agricoles, minières et autres sur place et vendre des produits finis, non pas vendre des produits bruts. C’est l’enjeu fondamental que nous avons aujourd’hui. Et le gouvernement doit accompagner les hommes d’affaires pour cela, mais il faudrait aussi de véritables hommes d’affaires, des gens qui acceptent de prendre des risques, parce qu’avec le commerce, on gagne vite, mais l’industrie ça met un peu plus de temps… »

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here