Le président Alpha Condé était, mardi dernier, à la cérémonie d’ouverture de la troisième édition de la semaine nationale de l’entreprenariat dans le numérique au “Prima Center”. Placé sous le thème, “le numérique au service de l’entreprenariat”, cet événement de découverte, du partage, de l’innovation et entrepreneurial s’est tenu du 17 au 20 avril.

Dans son discours, la présidente du comité d’organisation, Aminata Kaba, a tout d’abord souligné que la semaine du numérique entre dans sa troisième édition cette année avec deux acteurs impliqués qui sont, le ministère en charge de l’Economie numérique et des télécommunications et L’Agence de promotion des investissements privés (APIP). Avant de préciser :”La semaine du numérique est un ensemble d’activités dédiées au développement d’écosystème d’entreprenariat dans le numérique, notamment de potentiels investisseurs, des professionnels et des experts du numérique, des jeunes entrepreneurs, des enseignants chercheurs et des étudiants.”

Par ailleurs, “cette semaine a pour objectif global l’entreprenariat dans le numérique, dans le développement de solutions applicables et adaptées aux besoins réels, la création d’emplois, ainsi que le développement socioéconomique de la Guinée”.

Le ministre des Télécommunications et de l’Economie numérique, Moustapha Mamy Diaby a de son côté déclaré que :” les admirations publiques commencent à prendre conscience de l’importance du numérique pour le développement économique. Cependant, il reste à faire le bon choix d’une meilleure corrélation entre les besoins et les solutions adaptées. Nous devons pouvoir donner aux entrepreneurs une visibilité stratégique, pour accroître leur capacité à innover, investir, exporter …”

Selon lui, “Il appartient au gouvernement de créer l’environnement propice et mettre en place des infrastructures de base. Les performances enregistrées ces dernières années en République de Guinée, doivent nous permettre de tirer profit, développer des applications et proposer des solutions pour répondre aux besoins de nos populations”.

Présidant la cérémonie, le chef de l’Etat s’est exprimé en ces termes : “Il faut informatiser l’administration, malheureusement, la plupart des fonctionnaires guinéens à un certain âge ne connaissent pas les nouvelles technologies, donc c’est un handicap. Et nous allons dépasser cela avec le rajeunissement de la Fonction publique. Le deuxième handicap, c’est l’apprentissage de la langue anglaise. Nous sommes un pays francophone, malheureusement l’essence des nouvelles technologies c’est la langue anglaise, donc il est important qu’on commence à enseigner l’anglais dès l’école primaire. Avec les nouvelles technologies, aujourd’hui tout le monde parle anglais y compris le président français, donc il est très important que notre jeunesse maîtrise l’anglais.”

Pour lui enfin, “La bataille aujourd’hui, c’est également de maîtriser l’énergie renouvelable. Donc il faut que nous ménagions de l’énergie mixte. A mon arrivée, on avait à peu près 115 mégawatts d’électricité, d’ici 2020 nous aurons fait 1000 mégawatts, c’est-à-dire dix fois plus que la Guinée de 1927 à 2010”.

A noter que pour cette première journée de la semaine numérique, plusieurs panels ont été animés par des experts guinéens et étrangers.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here