Interpellé ce dimanche 30 décembre, à l’occasion de son passage à l’Assemblée générale hebdomadaire FOUTI-LAFIDY à Matoto PA, sur le retard dans la mise à disposition de la subvention allouée aux médias, le ministre de l’information et de la communication Amara Somparé a déclaré que son ministère ne joue aucun rôle dans la mobilisation et le payement de la subvention aux médias.

Selon Amara Somparé, la subvention se gère au niveau du ministère de l’économie et des finances et à la haute autorité de la communication. Cependant estime-t-il, vu les bonnes relations qu’il dit entretenir avec les médias, il a été sollicité pour faire un peu de pression au niveau du ministère des finances pour débloquer la situation. “Chose que j’ai faite plusieurs jours”, s’est défendu Amara Somparé. Justement, sur cette relation, le ministre Amara Somparé soutient qu’il a de bons rapports avec les médias.

je pense que je n’ai pas de problème avec les médias

“Les médias en démocratie comme je l’ai dit c’est la boussole de la gouvernance. On attend des médias qu’ils ne soient pas des médias dépendants… donc, moi je pense que je n’ai pas de problème avec les médias. En tout cas pour l’instant “, a-t-il laissé entendre.

Pour finir ses propos, le jeune ministre a estimé que les médias ne doivent pas être dépendants de la subvention. “La subvention, son objectif, c’est pour être un appoint pour la presse. La presse ne doit pas être dépendante de la subvention. Normalement, les entreprises de presse sont des entreprises commerciales, des entreprises privées qui doivent s’autofinancer. Donc, revoyez les modèles économiques de vos entreprises de presse pour ne pas que la subvention soit votre source principale d’approvisionnement en matière financière. Sinon, vous allez être handicapés”, conseille le ministre Amara Somparé aux patrons de presse.

Bhoye Barry pour guinee7.com 00224 628 705 199

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here