Le pool des avocats du syndicaliste Aboubacar Sidiki Mara, accompagnés de certains membres du bureau exécutif du l’Union Générale des Travailleurs de Guinée (UGTG), était face aux hommes des médias, dans la salle Mohamed Koula Diallo de la Maison de la presse, ce mercredi 31 mai. Il était question de faire le point sur l’évolution du dossier de leur client incarcéré depuis le début de ce mois, pour trouble à l’ordre public, dans la zone minière de Boké.

Dans son intervention, Me Paul Yomba Kourouma, un des avocats, a expliqué que « le juge d’instruction du tribunal de première instance de Dixinn a jaugé ce dossier, l’a trouvé léger et n’a vu aucune imputation pouvant valoir l’incarcération du syndicaliste Aboubacar Sidiki Mara. Dès lors, il a ordonné sa mise en liberté provisoire, en attendant que le fond soit connu par les juges. Cette décision a été aussi confirmée par la chambre de contrôle, chose qui l’a rendait maintenant exécutoire. Mais nous nous sommes heurtés à des difficultés, aux recours fantaisistes, abusifs des parquets, dans le seul but de maintenir le prisonnier personnel du chef de l’État dans les liens de la prévention, sans que celle-ci n’ait à aucun moment été étayée ».

Selon lui, « ce dossier n’a connu l’empreinte d’aucun spécialiste, et aujourd’hui, il y a des oscillations dans le cadre des qualifications. Tantôt on vous dit que M. Mara aurait troublé l’ordre public, tantôt on dit qu’il aurait tenu des réunions illicites, et cette fois-ci, l’accusation qu’on voudrait coller, c’est des présomptions graves d’attroupement dans les extensions d’une société portuaire ou minière. C’est de l’imaginaire… »

« Nous sommes en train d’épuiser les moyens à l’interne, ceux-là que la loi met à notre disposition, mais nous ne baisserons pas la garde. Puisque si sous huitaine, M. Mara n’est pas mis en liberté, le collectif saisira la Cour de justice de la CEDEAO, pour violation des droits de l’homme, arrestation et détention arbitraire », a menacé Me. Paul Yomba.

Et de renchérir: « M. Mara est malade, il connaît une pathologie, il est asthmatique. Toutes ces raisons jointes au fait que son arrestation n’a obéi à aucune forme et aucun dossier ne l’a accompagné à Conakry, que tout ce qu’il y a aussi à Conakry, ce sont des procès-verbaux d’interrogations ou d’enquêtes préliminaires… Dans les 48 heures ou 72 heures qui suivent, nous remettrons l’autorité à l’épreuve en demandant une liberté provisoire pour M. Aboubacar Sidiki Mara ».

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here