La structure La Muse a organisé, ce lundi 18 décembre, à son siège “Khira”, dans la commune de Ratoma, une séance de restitution des activités menées au compte d’une formation dénommée « L’art gouverne », placée sous le thème « Pratique démocratique ».

Financièrement appuyée par OSIWA Guinée, cette formation de 5 jours, animée par des experts américains, a permis à 12 artistes de la sous-région et 6 de la Guinée, d’apprendre les notions sur « l’engagement civique et la participation inclusive à la gouvernance démocratique » et de s’imprégner aux questions de gouvernance et de justice sociale.

Au cours de cette restitution, les étudiants de l’Institut des arts de Guinée (ISAG) ayant bénéficié d’une formation ont présenté et expliqué leurs productions en théâtre, peinture, cinéma et musique, toutes portant sur les maux dont souffrent notre le pays, à savoir l’insalubrité, l’injustice, la mauvaise gouvernance etc. Ces créations ont été appréciées par les experts américains présents.

Selon le directeur de la Muse, Bilia Bah, parlant de cette initiative, « C’est deux choses qui nous réunissent aujourd’hui ; nous accueillons une formation sur l’utilisation de l’art pour l’activisme, qui est animée par le Centre pour l’activisme artistique qui nous vient de New York. Ce qui est une première en Guinée, en Afrique de l’Ouest ; nous accueillons en même temps 12 artistes qui viennent de l’Afrique de l’Ouest qui viennent s’ajouter à 6 autres artistes de la Guinée pour participer à cette formation (sic) ».

Poursuivant son propos, il dit : « En amont de tout ça, nous on avions lancé un atelier à Dubréka pour des étudiants, sur l’utilisation de l’art pour la promotion de l’art, pour les pratiques de bonne gouvernance, on a profité pour ce deuxième jour de formation, pour que les étudiants amènent leurs créations, afin qu’ils puissent rencontrer les artistes qui viennent d’ailleurs, discuter, échanger, puisque quand on parle d’art, c’est rencontre et partage ».

Louis Isidore Bangoura, artiste plasticien et bénéficiaire de la formation, a salué cette formation en expliquant tout le bénéfice qu’il en tire: « Il faut reconnaître que je n’avais pas certaines petites notions qui régissent l’autorité aux citoyens, les devoirs de tout un chacun, le rôle d’un homme par rapport au gouvernement, à sa ville, à son pays et à la société ».

Par rapport à ses peintures, il a estimé que : « Ce que moi j’ai réussi à réaliser au sortir de la formation, ce sont deux œuvres picturales dans le cadre de la peinture, j’ai travaillé sur la sécurité dans nos geôles, je pense que ce sont des choses qui ne devraient pas arriver ».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here