Malgré l’annonce interdisant toute circulation dans la ville de Conakry pendant les jours dédiés à l’assainissement, sauf pour les véhicules officiels ou munis de laissez-passer, une expérience vécue ce 1er septembre nous pousse à nous poser des questions sur les ordres reçus par la police routière qui veille au respect de cette décision de non circulation de 08h à 11h. Munis d’un laissez-passer en bonne et due forme, délivré par la cellule de communication du gouvernement, et ayant décliné nos identités, en tant que journalistes voulant couvrir la journée l’assainissement, le policier que nous avons rencontré au rond-point de Bambéto nous a sorti l’excuse selon laquelle, il voulait bien nous céder le passage, mais vu le monde qui attendait à ce rond-point, il avait peur de créer de la frustration et un soulèvement, tout en nous intimant de faire demi-tour. Ce qui nous pousse à poser la question, à quoi sert le laissez-passer en Guinée, s’il ne sert pas à son usage normal ?

Constat fait par Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire