Bilan annuel / Tibou Kamara traduit en chiffres les résultats réalisés par son département

0

Face à la presse ce lundi 25 février dans un complexe hôtelier à Conakry, Tibou Kamara, le ministre d’Etat conseiller spécial du Président de la république, ministre de l’industrie et des PME, a fait le point sur la gestion de son département sous son magistère, mais aussi bien avant son arrivée.

Il a tenu à rappeler qu’ : « à l’avènement de la 3ème république en 2011, la politique économique libérale a été réaffirmée et le secteur privé renforcé dans sa mission de locomotive de la croissance.»

Au niveau des réalisations qui sont intervenues dans le secteur, il a cité entre autres : « l’élaboration et l’adoption du nouveau code des investissements et de ses textes d’application ; l’élaboration et l’adoption de stratégies sectorielles, notamment la politique nationale des PME ; la charte nationale des PME ; la politique nationale de qualité ; la politique nationale de promotion du secteur privé ; 19 brevets d’inventions délivrés dont deux primés en or ; la labellisation du café ZIAMA, de l’ananas baronne de Friguiagbé et de Maférinyah et la marque collective du riz Bora Mallé dénommé Fanyin ; 700 normes guinéennes élaborées dans les domaines de l’agroalimentaire, du génie civil/BTP et de l’environnement dont 65 ont été homologuées et 25 harmonisées au niveau de la CEEAO… »

Plus loin, il a expliqué l’obtention de ces acquis par la bonne santé de l’environnement des affaires : « le nouveau code des investissements, l’instauration du dialogue public-privé, ayant pour conséquence l’amélioration du classement de la Guinée au Doing Business du Groupe de la banque mondiale, passant de 182ème à 152ème en 2017 ; 279 entreprises admises au bénéfice du nouveau code minier des investissements de 28 000 milliards de francs guinéens et de création de 21 500 emplois. »

Pointant du doigt l’envahissement des sites de zones industrielles, Tibou Camara a cité entre autres perspectives : « mettre en application pour les quatorze entreprises encore dans le portefeuille de l’Etat, la stratégie de rétrocession basée sur l’évaluation financière et technique du requérant à relancer les activités de l’entreprise industrielle ou d’autres activités sur la friche industrielle. Mobiliser les moyens pour la sécurisation des sites de zones industrielles. Promouvoir le partenariat public-privé pour l’aménagement et l’exploitation des parcs industriels ainsi que le centre pilote de technologies industrielles…. »

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here