Dans cet entretien qu’il nous a accordé dans son bureau,  le directeur national adjoint des Infrastructures au ministère des Travaux publics, Michel Bangoura, nous explique entre autres les raisons de l’envahissement de la chaussée par les eaux de pluie, le vandalisme sur les barrières de sécurité le long de l’autoroute, la nécessité de curage et de redimensionner les caniveaux.

Guinee7.com:   comment expliquez-vous l’état défectueux des routes et le fait que les caniveaux débordent en cas de pluie?

Michel Bangoura : Les caniveaux dont vous parlez sont faits par nous les Travaux publics,  les routes sont faites par nous. Quand on fait les routes,  on adjoint généralement les caniveaux. Ce qui pose problème,  c’est qu’il y a des gens qui jettent des ordures non seulement dans les caniveaux, mais aussi sur la chaussée. Et c’est un problème récurrent contre lequel nous nous battons. Très prochainement,  l’idée d’avoir une brigade  de surveillance du réseau routier et de la voierie va faire son chemin. Il est très difficile  de penser á l’entretien de ces ouvrages puisque le sens civique du citoyen guinéen doit primer sur son comportement.

On a comme impression que nos routes sont abandonnées à elles-mêmes. Même les barres de sécurité le long de l’autoroute sont vandalisées sans que personne ne lève le petit doigt ?

Personnellement,  j’ai vu des gens qui détruisaient volontairement en pleine journée les trottoirs que nous faisons au niveau de Dabompa et les barrières de sécurité dont vous parlez sur l’Autoroute. Donc,  c’est incroyable, c’est impensable et c’est difficilement acceptable. On se bat pour le bien-être de tous pour le développement de notre pays,  mais á contre sens il y a en a qui détruisent, démolissent. C’est inacceptable.

Qu’est-ce qu’il faut pour corriger tout cela?

Pour ce qui est des caniveaux qui sont bouchés, naturellement il n’y a pas d’écoulement. On les a fait pour recueillir des eaux de la voierie, les acheminer vers ce qu’on appelle un exutoire qui peut être orienté vers la mer ou le bas fond. Dans les conditions normales, ces exutoires doivent recueillir ces eaux usées pour un traitement. Il y a le fait que la plupart des tuyaux d’assainissement ont été faits au moment où il n’y avait pas une grande densité de la population surtout dans la presqu’île de Kaloum. Alors les tuyaux étaient sous dimensionnés et les exutoires d’hier ne sont pas forcément adaptés á ceux d’aujourd’hui. Il y a de grands travaux d’assainissement á faire. Il s’agit de recueillir les eaux au point bas pour les acheminer vers la mer. De là,  il n’y a pas de grandes distances car nous sommes sur une presqu’île. On peut les acheminer en augmentant la pente de ces tuyaux pour un écoulement serein. Il y a le problème de curage des fossés. Le curage consiste á venir avec une équipe de maintenance pluridisciplinaire pour travailler sur les ouvrages. Le département est constamment á pied d’œuvre  pour soulager les populations.
Je suis vraiment dans une situation difficile quand je vois la chaussée totalement défoncée et abîmée.

Votre message á l’endroit des populations ?

Je vous dis honnêtement que le gouvernement de la troisième république s’efforce par tous les moyens possibles à donner des résultats probants et réconfortants pour la population. Vous avez vu combien de fois nous sommes engagés pour les travaux de la voierie urbaine et inter urbaine. Donc,  soyez rassurés que nous nous battons très bien. Mais nous en appelons aussi au sens civique du citoyen.

Interview réalisée par El Hadj Mohamed Diallo

 

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here