Dr Kouyaté et M. Bernard Kouchner (ancien ministre français des AE)

L’Agence Guinéenne de Presse (AGP) a rencontré Dr Morissanda  Kouyaté, avec qui elle a eu un entretien  au cours duquel, le médecin a répondu ou a tenté de répondre à dix questions qui lui ont été posées par notre rédaction. Voici les réponses données par Dr Morissanda  Kouyaté, Directeur Exécutif du Comité Inter-Africain (CI-AF), Expert des Nations Unies :

1-Qui êtes-vous? Un féministe, un iconoclaste c’est-à-dire ennemi des croyances du passé, ou un simple militant de la lutte contre l’excision

Je suis un médecin qui n’accepte pas le statut actuel des filles et des femmes ; statut qui les place en tous points de vue (social, économique, politique) au bas de l’échelle pour des raisons obscures et non fondées. Les mutilations génitales féminines participent de cette infériorisation des femmes à travers la discrimination et la violation de leur intégrité physique et psychologique, entraînant une grave altération de leur santé reproductive.

2-Dans nos coutumes, une femme non excisée n’a pas de mérite. Qu’en dites-vous?

Les coutumes qui prônent qu’une femme non mutilée n’a pas de mérite, sont simplement stupides, rétrogrades et ridicules. Ce n’est pas en diminuant physiquement, biologiquement, physiologiquement et psychologiquement la femme, un être créé par Dieu, que l’on va ‘’corriger’’ cette belle œuvre du Créateur.

Il est important de souligner que l’ignorance est le soubassement des traditions néfastes.

Si une femme non excisée n’aurait pas de mérite, comme certains le croient, alors les femmes saoudiennes, koweitiennes, françaises, américaines, britanniques, argentines, indiennes, brésiliennes, marocaines, algériennes, tunisiennes, sud-africaines, coréennes, rwandaises, japonaises, bref, toutes les femmes du monde à l’exception de celles qui sont excisées dans les 29 pays africains où la pratique des mutilations génitales féminines existe, seraient sans mérite. C’est de la pure ignorance, et c’est même une insulte à la femme.

3-Que dit l’Islam de l’excision? 

L’Islam ne dit absolument rien sur les mutilations génitales féminines ; je dis bien ABSOLUMENT RIEN ! Ce sont de faux ‘’ leaders religieux’’ qui inventent des fariboles en n’hésitant même pas à accuser notre prophète de l’Islam (PSL). Le prophète Mohamed (PSL) avait des filles ; il ne les a pas soumises ses filles aux MGF. Il n’y a pas de MGF en Arabie saoudite, le berceau de l’Islam.

Les mêmes faux ‘’leaders religieux’’ sont d’accord qu’Allah a ordonné au Prophète Abraham de se soumettre à la circoncision, lui-même et ses enfants mâles ; Dieu aurait-il oublié de dire au prophète Abraham de soumettre ses femmes et ses filles à l’excision ?

Demandez à ceux qui disent que l’excision est une recommandation de l’Islam, de vous amener les preuves concrètes, écrites ; je ne dis pas leurs paroles à eux, mais la parole de Dieu et du Prophète de l’Islam (PSL).

La Guinée est le deuxième pays le plus frappé par les mutilations génitales féminines avec une prévalence de 96%, juste après la Somalie, un pays disloqué et en guerre depuis 20 ans. Ce rang déshonorant de notre pays dans la protection de la santé des femmes et des enfants, est le résultat de l’action néfaste de ‘’faux religieux’’ qui ont pris notre pays en otage et qui consacrent plus de temps à la politique et à la mendicité officielle, qu’à la lecture et l’interprétation correcte du Saint Coran.

4-Le christianisme s’est-il prononcé sur l’excision?

Le christianisme non plus, ne dit rien, absolument rien, sur les mutilations génitales féminines. D’ailleurs, on peut remarquer que les filles chrétiennes et musulmanes sont excisées dans la même proportion en Guinée. C’est dire que les MGF ne sont que tradition, mais jamais religion.

Bientôt nous allons commencer à faire diffuser la déclaration d’El Hadj Abdourhamane Bah (Paix à son âme), ancien ministre des affaires religieuses et grand érudit, ainsi que celle du Cardinal Robert Sarah, sur le non-fondement religieux des MGF.

5-Qu’est-ce qui est à prouver sur le plan scientifique? 

Sur le plan scientifique il faut noter que les organes génitaux de la femme, qui sont enlevés pendant l’excision (clitoris, petites et grandes lèvres) jouent un rôle important dans les rapports sexuels et la reproduction ; leur absence et/ou leur remaniement peuvent donc entraîner des conséquences graves notamment la dyspareunie, des infections, des accouchements difficiles pouvant déboucher sur la mort de la mère et de l’enfant, la stérilité, les cicatrices chéloïdes etc. Une étude de l’OMS a montré clairement que la prévalence de la mortalité maternelle et infantile est directement proportionnelle à celle des MGF, dans les pays où la pratique a cours.

6-Le phénomène d’excision est-il un souci pour la communauté internationale?

Les mutilations génitales féminines sont classées au rang de priorité par la communauté internationale. Les preuves de cet engagement de la communauté internationale se traduisent par l’adoption en 2003 du Protocole à la Charte africaine des Droits de l’Homme et des peuples, relatif aux Droits des femmes ; l’adoption en 2003 par les Nations unies du 6 février comme Journée internationale Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines et aussi l’adoption, le 20 novembre 2012, de la Résolution 67/146 de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

7-Beaucoup de pays restent faibles et impuissants pour appliquer les textes législatifs sur l’excision. C’est le cas de la Guinée. Votre avis?

La non-application de la loi anti-MGF dans certains pays, comme la Guinée, est le maillon faible de la lutte contre les MGF. La loi est l’instrument de protection par excellence des filles et des femmes qui sont des victimes potentielles de cette pratique.

Si le Burkina Faso a réussi à faire baisser de manière drastique la prévalence des MGF, c’est grâce à l’application de la loi.

C’est avec beaucoup de peine que je constate qu’au-delà des MGF, la non application des lois les plus élémentaires en Guinée est devenue un fait divers.

8-Quand le combat sera réussi, comment sera le monde?

Le monde sera plus juste, plus équilibré et plus productif.

9-L’excision est-elle une astuce pour l’abstinence? 

L’excision est aussi basée sur la fausse croyance selon laquelle, enlever les organes génitaux d’une femme, aurait pour conséquence le contrôle de sa sexualité.

Les filles et les femmes, tout comme les garçons et les hommes sont les produits de leur éducation familiale et sociale ; donc les comportements des femmes et des filles sont réglés par leur tête et non par le clitoris.

99% des filles et des femmes qui font le travail du sexe dans les pays où les MGF existent, sont excisées. On n’en serait pas là si l’excision avait le pouvoir de ‘’dompter’’ les femmes.

D’ailleurs est-il question de les dompter ?

La réalité est qu’il faut changer le paradigme qui veut que la femme soit maîtrisée, dominée, maniée, manipulée à volonté par des hommes.
Les hommes n’ont rien à craindre avec des femmes scolarisées, éduquées et responsables.

10-Quel est votre rêve pour les femmes du monde? 

Mon rêve pour les femmes du monde est de les voir vivre avec leurs pleins droits : droits sociaux, économiques et politiques.

Je me pose très souvent la question suivante: Considérer nos mères, sœurs, épouses et filles comme inférieures, n’est-il pas la preuve de notre propre infériorité ?

Par alpha Kabinet Doumbouya (AGP)

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire