Permettant aux opérateurs économiques du secteur informel de rejoindre le formel pour pouvoir agrandir leurs entreprises, le premier centre de gestion agrée (CGA), sis au rond-point Constantin, dans la commune de Matam, a été inauguré jeudi 17 mai, sous la présidence du ministre du Budget, Mohamed Lamine Doumbouyah.

Cette inauguration fait suite à une précédente qui a été lancée le 11 décembre dernier, le secrétariat permanent du suivi des centres de gestion agrée. Ce centre au-delà de servir les opérateurs économiques, en leur permettant de savoir comment faire avec les services publics. Il va également créer de l’emploi pour les jeunes guinéens, dont huit sont déjà à pieds d’œuvre.

Pour le contexte, le ministre Doumbouyah a cela répond au besoin du renforcement de capacité des opérateurs économiques de nos entreprises locales.

« Vous savez que notre économie est dominée à plus de 70% par le secteur informel, mais dans ce secteur, il y a des hommes et des femmes qui ont des capacités, qui ont la volonté pour lesquels il y a nécessité d’accompagnement. Ce centre vient répondre à ce besoin d’accompagnement », dit-il.

Il a par ailleurs annoncé les avantages qu’auront ces opérateurs en décidant d’intégrer ces centres.

« C’est pourquoi tous les acteurs qui rentre dans ce secteur, bénéficient pendant trois ans d’abattement fiscaux de 50% et 25% pour les deux années suivantes. Mais la seule condition est que ces opérateurs économiques acceptent de suivre des formations, pour qu’on puisse les préparer à la formalisation, parce qu’on veut qu’il y ait des champions comme le dis le Président de la République, qui peuvent accéder aux crédits bancaires, aux marchés publics. Avoir des hommes et des femmes dans le secteur informel c’est bien, mais c’est encore mieux de les avoir en surplace, dans un cadre officiel, bénéficiant de tout l’appui du gouvernement, enfin d’en faire de véritables entreprises qui pourraient tenir notre économie. Nous sommes en train d’établir des partenariats avec certaines banques pour qu’à l’issu de la période durant laquelle ils restent dans le centre ils puissent bénéficier d’un accompagnement pour accéder à des crédits bancaires.

Détaillants sur les types de formations visant à rassurer et encourager les opérateurs économiques, il affirme que modules parleront des interactions avec les administrations publiques, et comment est-ce qu’on peut tenir un livre comptable.

Principal partenaire, l’ambassadeur de l’Union européenne, Gerardus Gielen,  a indiqué, que si la «  Guinée veut être un pays émergent, il faut aussi faire émerger les opérateurs économique, il y a un vivier d’hommes et femmes qui évoluent dans le secteur informel qui hésitent peut être à faire le pas ou qui n’ont pas les possibilités de faire grandir leurs entreprises. Ces centres peuvent aider à réaliser cela par l’accompagnement qu’il faut pour passer progressivement de l’informel au formel. »

Quant à lui, Mamadou  Baldé, président de la Chambre régionale du commerce et de l’artisanat, s’est réjouie de cette initiative.

« Nous y croyons, je suis aujourd’hui animé d’un sentiment de satisfaction. Surtout que je connais la réalité des centres de gestion agrées, la Guinée est l’un des derniers pays à le mettre en place, quand je vais dans les autres pays, je me gêne, car quand on parle de cela, ils disent c’est maintenant que vous parlez de cela ? Parce qu’il on a vécu cela depuis plus de 15 ans. Donc aujourd’hui il est temps que les opérateurs économiques comprennent qu’il faut que nous évoluons, parce que nous sommes appelés à être de l’informel au formel, et aussi des industriels. »

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here