Les Guinéens ont calmement et massivement vote le 28 septembre dernier. Bien que contestés par la classe politique, les résultats issus des urnes –en tout cas ceux publiés par la Céni-, montrent que les principaux partis (RPG, UFDG) gardent leurs fiefs acquis pendant la dernière présidentielle. Cependant chacun des deux partis a fait une avancée significative dans le fief de l’autre. L’autre fait remarquable est que l’UFR de Sidya Touré renait de ses cendres.

Ceux qui avaient fait des scores plus qu’honorables pendant la présidentielle mais tombent du haut de l’étage sont Lansana Kouyaté qui apparemment est sanctionné par électeurs qu’il partage avec Alpha Condé et qui semblent ne pas lui pardonner son opposition radicale vis-à-vis de ce dernier. En plus entre un président et un opposant incertain, on ne réfléchit pas beaucoup pour faire le choix.

Aussi Jean Marc Telliano et Papa Koly, semblent mal géré l’après présidentielle. Coupés de leur base ils n’ont pu garder celle-ci qui a ensuite compris que son sort est dans les mains d’Alpha Condé, l’employeur de leurs leaders. Alors pourquoi ne pas directement se confier à celui-ci ?

Kassory Fofana a beaucoup fait parler de lui. Avant les législatives, il a joué à fond sur la fibre ethnico-régionaliste. Il est à constater qu’il n’a aussi pas été entendu par ‘‘sa’’ Basse Guinée. Encore moins par la Guinée toute entière.

En un mot ou en mille, les législatives ont dans l’ensemble donné à Alpha ce qui lui appartient et à Dalein ce qui lui appartient. C’est certainement pour cette raison que ce dernier se fait moins entendre ces derniers temps laissant la contestation radicale à Sidya Touré dont la stratégie est de placer la barre haut pour espérer conforter par la fronde ce qu’il a gagné dans les urnes.

Ibrahima S. Traoré

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire