Face aux hommes de média, à la Maison de la presse de Guinée, ce jeudi, le secrétaire général adjoint du SLECG version Kadiatou Bah et membre de la CNRE (Commission Nationale de Réforme de l’Éducation), El hadj Ousmane Tanou Baldé, a fait des révélations sur le montant financé par l’État dans l’orientation des étudiants dans les universités privées, avant de répondre aux critiques de Dr Oumane Kaba, notamment sur les résultats du dernier examen de baccalauréat.

À l’entame de ses propos, le syndicaliste déclare : « Nous avons constaté que depuis la création de ces universités privées, il y a eu 1.300 milliards GNF que ces universités privées ont reçus. Est-ce qu’on ne pouvait pas créer ou construire trois à quatre universités publiques avec ces 1.300 milliards ? »

Parlant du président du PADES et fondateur de l’université Kofi Annan de Guinée, Dr Oumane Kaba, qui continue a déplorer l’arrêt subit de l’orientation des étudiants dans les universités privées, Ousmane Tanou Baldé affirme : « Quand le PADES dit que ce n’est pas les résultats, le PADES ayant à sa tête celui que vous connaissez, a parfaitement raison, parce que le bonhomme percevait de l’argent en devises, il était payé en dollars avant que cette commission (CNRE) ne rentre en action. Et nous avons arrêté cette hémorragie budgétaire ; donc c’est de bonne guerre ».

« Donc, soyons sur terre, j’invite tous les Guinéens à être des légalistes. Seule la légalité peut nous faire bouger, la délation est un frein au développement de notre pays », t-il conclu.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

 

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire