L’ancien ministre de la Communication, Alhousseiny Makanéra Kaké, était l’invité de marque de l’assemblée générale FOUTTI-LAFIDY de dimanche 2 décembre, à Matoto-PA. Autour de ce repas traditionnel, l’ancien porte-parole de l’opposition dite républicaine s’est prononcé sur sa relation avec l’ancien ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine historique, Siaka Barry. Pour lui, « deux problèmes » l’opposent à son ancien homologue ministre.

Le premier problème, selon Makanéra, c’est la doctrine que défend Siaka Barry. Pour lui, Siaka se contredit lui-même dans ses propos. « Le premier problème, j’ai pitié de lui franchement, parce qu’il ne sait pas ce qu’il veut. Je vous donne un exemple pratique ; il dit qu’il veut faire Macron, il veut devenir président de la République. Il crée “Génération Debout” qu’il transforme en parti politique. Il veut devenir président, mais il ne veut pas que les gens, là où ils sont, qu’ils font le nomadisme ; dites-moi comment il va devenir président ? Soyons cohérent, c’est parce qu’il ne sait pas ce qu’il veut, sinon moi je pense, lui, il devait encourager les gens de venir autour des idées », explique-t-il.

Le second problème, c’est le soutien dont bénéficie Siaka, notamment les jeunes, estime le conseiller communal de la mairie de Boké. « Deuxième problème, j’ai pitié des jeunes qui croient en lui, franchement, parce que tout simplement tous les jeunes qui viennent : “luttons contre les anciens, votez pour moi…” Ce qui n’a aucune qualité. Un vieux peut avoir un programme pour les jeunes, une femme peut avoir des projets pour les femmes. Dès qu’il dit : “votons jeunes, votons pour moi, si vous le suivez ce que vous vous n’avez pas de qualité…” Franchement, parce que c’est vous, ce ne sont pas que les jeunes seulement qui sont mauvais, ce n’est pas les jeunes seulement qui sont bons. Les principes de la vie c’est qu’on recherche les meilleurs partout. D’ailleurs, quand il parle même d’alternance générationnelle, moi je ne comprends même pas ça, parce que c’est en Guinée que j’entends ça. Parce que si c’est alternance générationnelle, il n’y aura pas de président en Guinée, parce que si chaque génération a un candidat, on aura combien de génération ? » s’est interrogé Makanéra Kaké, avec un sourire aux lèvres et les yeux grandement écarquillés.

Par ailleurs, le président du mouvement “Dimböré” estime que Siaka Barry devrait dire à ses inconditionnels de plutôt suivre leurs intérêts. « Si Siaka était cohérent, c’est lui qui allait se battre pour faire comprendre aux gens que, quand les autres étaient au pouvoir, on a dit : on veut le multipartisme ; la première réaction du gouvernement de Conté, c’était le bipartisme, c’est-à-dire deux partis seulement. On a dit : non, il faut le multipartisme intégral. Cela veut dire donner la possibilité aux Guinéens de choisir librement parmi beaucoup de partis politiques. Si lui, il a la chance, il vaut mettre fin à la vielle tradition de deux grands partis politiques, il allait dire : “ne suivez pas les hommes, cherchez à trouver là où il y a votre intérêt en ce moment” ; les gens peuvent venir chez lui, mais s’il est contre le nomadisme, dites-moi comment il va devenir président en 2020 ? », conclut Makanéra Kaké, ancien « griot » de Cellou Dalein Diallo.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here