« Ensemble pour zéro déchet plastique en Guinée » ;  c’est l’objectif que s’est fixée l’Association des Alumni CRL Yali Dakar Guinée. Pour atteindre cet objectif, le programme « Yes Market, Stop aux sacs en plastique ! » a été lancé, ce vendredi 7 septembre, à la maire de Kaloum, avec la formation de 25  volontaires sur le danger de l’utilisation abusive des sacs plastiques.

Après cette formation, les 25 volontaires issus des cinq communes de Conakry  seront déployés sur le terrain, à leur  tour, ils formeront et sensibiliseront les transporteurs, les syndicats, les commerçants, les ménages sur la prévention sanitaire, la protection de l’environnement, sur le danger des sacs plastiques après leur utilisation, mais ils vont également accompagner les gens sur le recyclage des déchets plastiques, en les transformant sans impacter l’environnement.

« Notre pays est l’un des pays de l’Afrique de l’Ouest à ne pas interdire la fabrication, l’importation, l’utilisation et la commercialisation des emballages plastiques. Ce qui fait que ces dernières années, les ordures envahissent nos rues. Elles sont attachées un peu partout dans les espaces publics », a déclaré Diaraye Barry, la vice-présidente de l’association.

Selon elle, pour l’Etat guinéen, la gestion des ordures est un véritable défi. Avec une production de plus de deux mille tonnes d’ordures liquides et déchets en plastique par jour. Tout cela est dû à un manque de « politique efficace de gestion des ordures, absence d’une usine de traitement d’ordures, manque de dépotoirs d’ordures, faible nombre de PME évoluant dans l’assainissement, insuffisance de poubelles dans les rues. Au côté de la population, on enregistre un manque de civisme des populations qui prennent des mauvaises habitudes de jeter les ordures dans les rues », renchérit-elle.

L’ONG est consciente que « les femmes sont ceux qui utilisent en grande partie des emballages plastiques, surtout dans les ménages et dans les marchés. Nombre d’entre elles ignorent le caractère nuisible des emballages plastiques. Certaines les brûlent pour faire du feu ; d’où la nécessité impérieuse des activités de sensibilisation à l’endroit des communautés à la base ».

C’est pourquoi pendant la campagne de sensibilisation, parmi les slogans retenus, il y a entre autres : « Réduire l’usage des sacs en plastique dans les marchés ; « le recyclage des bouteilles pour l’achat des produits liquides (huile de palme, huile de soja,…) est une des solutions, afin de préserver l’environnement » ; « Réduisons l’utilisation abusive des sacs en plastique au profit des sacs en papier, plus écologiques, biodégradables et protègent notre santé » ou encore « Réduisons l’utilisation abusive des sacs plastiques au profit de nos paniers traditionnels, hygiéniques et réutilisables ».

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

 

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire