Dans une interview qu’il a accordé il y a quelques jours à notre rédaction, le patron de la structure Nord-sud communication, M. Alhassane Souaré nous a confié des détails sur la troisième édition du grand rendez-vous du management  dénommée la « soirée  leaderships jeunes » prévue les 14 et 15 novembre prochains à l’hôtel Noom de Conakry.

Guinee7.com : Parlez-nous de l’évènement et dites-nous quel est son objectif.

Alhassane Souaré : La soirée de leadership jeune est une plateforme qui est consacrée à la jeunesse guinéenne, consacrée à stimuler et motiver tout bons jeunes guinéens soucieux de son avenir d’abords et également ceux soucieux du devenir de la nation ; puisque nous sommes dans une sphère où la nation passe au-dessus de tous. Nous essayerons aussi de stimuler les jeunes vers des activités génératrice de revenus, c’est cela l’objectif de la soirée de leadership jeune ; c’est une sorte de tremplin qui permet à ce que des jeunes puissent reconcentrer des chefs d’entreprises et que des chefs d’entreprises puissent voir des profils qui vont les intéresser.

A l’avenir, nous n’avons pas la prétention de trouver du job pour les uns et les autres, mais nous essayerons de motiver les jeunes.

L’évènement sera pour deux jours, comment cela va se dérouler ?

Le mercredi 14 novembre, il y aura la formation en développement personnel  avec coach Armand qui est un coach camerounais en développement personnel, qui après l’année passé va revenir avec beaucoup plus de ton. L’autre fait nouveau sera la formation en art oratoire avec Tamba Zackari qui est professeur en sociologie et également journaliste. Dans l’après-midi, il y aura des thématiques qu’on va aborder, sur l’immigration clandestine avec l’OIM et puis l’utilisation des réseaux sociaux ; les dangers et les avantages avec le ministère des postes de télécommunication et de l’économie numérique. Parce qu’aujourd’hui on voit ce qui se passe sur les réseaux sociaux, chacun est devenu son propre président, on fait une petite vidéo, on touche la fibre patriotique, ethnique ; Il serait donc très important de pouvoir inciter les jeunes à la bonne utilisation des réseaux sociaux et qu’ils puissent les servir. C’est un danger  quand on ne sait pas les utiliser ; parce que même ceux qui les ont créé vous diront aujourd’hui qu’ils n’arrivent pas à gérer ce phénomène ; puisque c’est un phénomène qui les dépasse. Donc c’est une thématique jeune, d’actualité, qui interpelle la jeunesse surtout celle guinéenne.

Dans la seconde journée,  dans l’après-midi, à partir de 16h nous aurons le premier panel avec la thématique sur la jeunesse guinéenne et le génie créateur et le second panel sur l’engagement féminin dans le monde professionnel. Donc il n’y aura pas mal d’intervenants qui viendront intervenir chacun dans son secteur d’activité. Nous avons essayé d’équilibrer les choses. Ils viendront partager leurs expériences avec  tous ceux qui feront le déplacement.

Après une première et une deuxième, dites-nous quelle sera la particularité de cette édition ?

On a voulu donner la parole aux jeunes à ceux moins connu. Aujourd’hui il y a une floraison d’entrepreneurs qui se baladent dans tous les forums. Il y a des jeunes sans vouloir se faire voir font un travail concret, abattent des choses nobles qui sont souvent dans les zones rurales. Et nous, on a voulu donner la parole à ce genre de jeunes guinéen nouveau qui se battent et qui apportent autour d’eux  un impact sociétal. C’est ça la différence au niveau de la soirée de leadership. Nous ne sommes pas là pour donner des prix ; c’est bien ceux qui donnent des  prix. Mais nous on est là pour dire qu’il y a des jeunes guinéens qui sont capables de faire des choses ; on peut s’inspirer d’eux et on est pas obliger d’aller s’inspirer ailleurs.

Nous voyons beaucoup de forums de  ce type qui se crée, En quoi cette soirée est-elle différente des autres ?

Si vous avez remarqué, aujourd’hui il y a beaucoup de forums qui se crée, il y a beaucoup de rencontres sur le management, sur la jeunesse, sur le leadership, c’est très bien ! Mais au niveau de nord-sud communication, la particularité, c’est que nous mettons  beaucoup plus l’accent sur la formation.

Je vois beaucoup de structure qui font  des formations payantes ; moi je connais aujourd’hui le niveau de vie  du guinéen. Il y a des élèves et des étudiants que nous rencontrons. Il n’est pas donné à tout le monde la chance de pourvoir  payé des formations. Nous nous avons la possibilité de rencontrer  des entreprises qui nous font confiance, qui arrivent à nous aider dans le financement de nos actions ; donc une fois que nous avons ces accompagnements, nous faisons des formations gratuites. Il suffit juste de vous inscrire sur notre site internet pour pouvoir bénéficier de ces formations. Généralement, nous prenons en moyenne autour de 200 personnes.

Où en êtes-vous aujourd’hui avec les  inscrits ?

Les inscriptions sont bouclées malheureusement. Quand on lançait les inscriptions, on avait dit que cela sera dans la limite des places disponibles ; les uns et les autres se sont inscrits et nous nous retrouvons au jour d’aujourd’hui aux environs de neuf cent à mille inscrits. Malheureusement, on ne pourra pas prendre tout le monde. Mais c’est dire combien de fois l’évènement suscite l’engouement de la jeunesse. On a une jeunesse qui demande, qui a envie d’apprendre, de découvrir et de partager. C’est  déjà ça. Je vais dire à ceux qui n’ont pas eu la chance de s’inscrire cette année, ce n’est que partie remise, il y aura une quatrième, une cinquième et ainsi de suite. Mais aussi d’autres sessions de formation.

Quel est votre rêve pour ce rendez-vous annuel ?

On ne compte pas  s’étendre à Conakry parce que  nous sommes  dans l’esprit d’un leadership tour jeune ; qui va partir à la rencontre des jeunes dans le milieu rural, comme des jeunes dans les universités à l’intérieur de pays. À la rencontre des jeunes qui ne sont pas forcément passé par l’université mais par des sondes techniques qui sont en train d’apprendre des métiers aujourd’hui pour avoir un CAP ou  un cycle ingénieur, les motiver aussi ; C’est très important. On  ne peut rester entre quatre murs dans des espaces luxueux pour dire qu’on est en train de changer la mentalité de la jeunesse. Donc fallait assoir  la légitimé du concept, fallait assoir la légitimité de l’évènement pour pouvoir chercher  à s’exporter ou à aller à l’intérieur du pays pour aller à la conquête d’autres jeunes guinéens.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here