Une bagarre a éclaté ce 3 octobre entre jeunes et forces de l’ordre à Fria. Comment en est-on arrivé là ? Un mandat de perquisition de la Justice de Paix exécuté par la Compagnie de la Gendarmerie départementale est à la base de l’altercation.

Le Commandant de la Gendarmerie, le Lieutenant-colonel, Etienne Tounkara, aurait reçu des informations d’un citoyen selon lequel des armes seraient cachées chez un certain Alimou Sow, quartier Bowal. Après perquisition, aucune arme n’aurait été trouvée sinon qu’un morceau de calibre 12. Il n’en fut pas plus pour que des groupes de jeunes du coin prennent en otage les gendarmes qui, selon eux, ont accusé à tort M. Sow. D’ici, ils descendent dans la rue.

Comme par hasard, les jeunes en furie croisent sur leur chemin des militants du RPG venant du siège de leur parti. Ils échangèrent des mots politiquement pas très corrects avant que les forces de l’ordre n’interviennent. Quelques cailloux jetés à l’endroit des forces de l’ordre qui finissent par maitriser la situation. Le calme est revenu dans la cité mais le préfet de la ville, M. Mamadou Conté a instauré des patrouilles nocturnes de 22h à 6 h, jusqu’à nouvel ordre.

Al Mo Djiba, correspondant à Fria

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire