Le protocole d’accord tant attendu entre le gouvernement et le SLECG pour mettre fin à la grève dans le secteur éducatif guinéen n’a pas été signé la nuit dernière.

Après 72h de négociations, les deux parties ne se sont toujours pas entendues sur certains points de l’accord et cela a eu des effets immédiats chez le syndicat des enseignants qui a projeté une manifestation de rue dès ce jeudi 10 janvier 2018, sur toute l’étendue du territoire national.

« Nous invitons toutes les structures syndicales de l’éducation notamment le SLECG, à tous les niveaux, de Conakry à Yomou, demain à une marche générale. Et nous demandons à la population, l’ensemble des cadres, à tous ceux qui savent qu’ils ont des enfants à l’école, de nous accompagner, nous appuyer dans la marche que nous allons commencer dès demain, pour manifester notre mécontentement, notre ras-le-bol de la prise en otage de ce pays par un groupuscule…plus jamais, nous n’avons le droit d’abandonner notre pays dans des mains des prédateurs qui n’ont aucun souci pour l’avenir du pays », a déclaré le camarade Aboubacar Soumah, face à un parterre d’enseignants au Palais du peuple de Guinée, ce mercredi.

Pour appuyer le SLECG dans sa lutte, le secrétaire général de l’USTG, Abdoulaye Sow, a également invité toutes les autres structures syndicales de sa centrale à observer une grève générale et illimitée. Mais aucune date n’a été précisée par le camarade, Abdoulaye Sow pour le début de cette grève générale.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com 

 

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here